Marathon de Boston J-7


Le décompte est rendu dans les derniers miles, c’est Américain alors c’est en miles et non en kilomètre,  il ne reste qu’une semaine avant le marathon de Boston. Je me suis gelé le c … corps tout l’hiver, mais j’ai déjà tout oublié avec les premiers rayons de soleil printaniers. L’enthousiasme est à son comble. Je vais enfin être de ce mythique marathon.

J’ai tellement hâte de vivre cette première expérience. Comme première participation, je suis impressionné des communications de l’organisation. Je reçois plusieurs communications de l’organisation qui me fournit les informations nécessaires afin que je puisse vivre une belle expérience et remplir mes obligations de coureur.

Continuer la lecture

Publié dans Marathon de Boston | 8 commentaires

Moins de 2 semaines avant Boston


Voilà un certain temps que je n’avais pas écrit. Ce n’est certes pas l’action qui a manqué cet hiver. Je suivais à la lettre mon programme d’entraînement pour Boston, malgré l’hiver misérable que nous avons connu. En temps normal, je suis de ceux qui trouve que s’entraîner l’hiver, ce n’est pas si pire que ça. Dans un hiver normal, nous avons 4 ou 5 journées de grand froid où je dois me taper mes entraînements, ce qui veut dire dans les températures inférieures à -20 degrés Celsius. Toutefois, 2015 a fait exception et nous en avons bavé. Ce fut l’hiver le plus froid en 115 ans. Les températures oscillaient dans les -25 degrés Celsius sur une base régulière. J’ai fait la majorité de mon programme d’entraînement dans des conditions extrêmes. J’estime avoir fait plus de 20 sorties dans des températures inférieures à -20 degrés Celsius. C’est très exigeant sur le corps des températures comme celles-ci. Je crois que c’est un record personnel lors de mes entraînements en hiver, même si je n’ai rien comptabilisé.

Malgré tout, ma préparation pour le marathon de Boston se passait bien. Mon programme marathon épinglé sur le frigo était suivi religieusement. Jusqu’au 12 mars.

IMG02043-20150407-0821

Continuer la lecture

Publié dans Marathon de Boston | 9 commentaires

S’auto-motiver en regardant en arrière


Lorsque je regarde en avant, je trouve que j’ai encore beaucoup de chemin à faire. Toutefois, lorsque je regarde en arrière, je trouve que j’ai fait beaucoup de progrès. Voici un petit aperçu de mon parcours depuis une quinzaine d’année.

En 2000-2001, je rêvais d’une remise en forme (voir photo) suite à une vilaine blessure à la cheville gauche. Les bains de glace ont aidé et je peux finalement reprendre l’entraînement, mais non sans séquelles.

luc_2003_2010

En 2004, je rêvais de pouvoir courir 30 minutes sans pause. Mission accomplie la même année.

Continuer la lecture

Publié dans Course à pied, Marathon | 9 commentaires

Un 5 km au Winterman dans le gros frette !


Je n’avais pas couru un 5km en mode compétition avant aujourd’hui. C’était mon premier vrai. Par cette course, je cherchais à vérifier si ma préparation pour le marathon de Boston se porte bien. Toutefois, avec ce froid Sibérien, j’ai mal choisi mon test.

Le matin de la course, il fait -24 Celsius avec un vent qui pousse la température dans les -37 Celsius, en comptabilisant le facteur vent. Sur les lieux du Winterman, je croise Nicolas qui fait le marathon. Il me fait part que le matin, l’annonceur à la radio a dit qu’il y avait un froid extrême et qu’il était préférable de demeurer dans la maison. Et nous allons courir dans ce froid. Nous ne sommes pas seuls, il y a 850 givrés qui vont se taper les différentes compétitions.

Je dis à Nicolas, ce n’est rien pour l’encourager, mais je suis tellement heureux de ne pas faire le marathon ce matin. Bon marathon à toi ! Je vais lire ton aventure sur ton blogue.

Je discute avec Noel, membre de l’équipe formidable. Nous discutons stratégie de course pour finalement conclure que la meilleure stratégie à adopter, c’est une stratégie de survie ! On va s’en sortir. On va l’avoir ! On est dans le déni total simonac ! Non mais qu’est-ce qu’on a pensé en s’inscrivant encore cette année ?

Sur un autre continent.

En même temps que cette course se passe, il y a mon ami Vinvin20 qui a décidé de faire un 5km pour m’encourager. Nous sommes en mode synchro malgré le décalage horaire et que plus de 6 000 km nous séparent.

10959401_10205963040865829_980836309286614778_n

Merci mon ami !

Continuer la lecture

Publié dans Général | 8 commentaires

La préparation vers le marathon de Boston a débuté


Je l’attend depuis longtemps ce moment. Le 26 janvier dernier, j’ai débuté ma préparation pour le marathon de Boston.

Boston City Flow

Un 12 semaines qui me permettra de franchir le fil d’arrivée avec le sourire. J’ai fait mon programme d’entraînement. Ce programme, comme c’est le cas depuis quelques années, provient de Run Less Run Faster.

Je sais qu’un certain coureur n’aime pas les programmes, mais que voulez-vous, je suis marathonien avant tout !

Continuer la lecture

Publié dans Marathon de Boston | 11 commentaires

Courir sur les graisses … de bacon


baconJ’aurais pu intituler ce billet : « Ode au bacon ». En effet, depuis que je me suis mis à consommer du bacon à la méthode Paléo, j’ai terminé en force mes marathons. Lors de mes quatre marathons de 2014, j’ai fait des temps de 3h30 au Winterman en février, 3h19 en mai à Ottawa, 3h41 en juin à Winnipeg et 3h22 en octobre. C’est quatre performances où je n’ai pas vécu de baisse d’énergie importante en fin de course avec une baisse de pression et accompagnée de sueurs froides. Ça c’était l’hypoglycémie qui nuisait à mes performances. À Winnipeg, je n’avais pas de jambes par contre.

bacon avocatJ’ai fait des tests lors de mes longues sorties. Je trouve que les longues sorties c’est fait pour expérimenter de nouvelles choses. À force d’expérimentation, j’ai finalement trouvé une formule qui me convient lors des marathons. Je prends 2 ou 3 œufs, du bacon et un avocat comme repas d’avant course. J’ai besoin de 3 heures pour une saine digestion et éviter les reflux gastriques. En course, je ne bois que de l’eau pour les premiers 25 km. Après 25 km, je débute ma consommation de gel à tous les 5 kilomètres. Cette stratégie d’alimentation en course me permet de conserver une allure raisonnable en fin de course.

Lors de mes deux marathons de qualification pour Boston, soit mes marathons d’Ottawa et de Rivière-Rouge, je n’ai que 4 et 6 minutes de différence entre le premier demi et le second. Je m’approche d’une course avec une allure maintenue tout au long du marathon. Je crois sincèrement que c’est le bacon qui est en cause.

Finalement, je suis tombé sur cet article du coach Cado. J’ai lu ma stratégie de course lors des marathons écrit par quelqu’un d’autre. Validation externe, c’est simple alors, ma folie est validée, je suis sain d’esprit. Tout est maintenant beaucoup plus limpide. Comme de la graisse de bacon bien chaude :)

Je croyais que tout avait été dit. Puis, j’ai trouvé le coton ouaté parfait :

2014-11-24 08.47.21

Il a autant de style que Bill Belichick lorsqu’il coache une partie des Patriots de la Nouvelle-Angleterre. Peu importe le style, c’est un gagnant avec une sixième participation au Super Bowl en 15 ans. Il doit manger du bacon. Les gagnants mangent du bacon. Le bacon est gagnant. BACON !

Désolé si je vous ai donné le goût de manger du bacon ;)

p.s. Faut pas toujours être sérieux dans la vie :)

BACON !

Publié dans Nutrition | 9 commentaires

Réflexion personnelle sur le concept d’objectif


J’ai lancé ce blogue en octobre 2010. Avec ce blogue, je souhaitais partager mon expérience vers l’atteinte de mon objectif d’obtenir une première qualification pour le mythique marathon de Boston. J’étais bien loin de me douter que je vivrais toutes sortes de péripéties et que ceci me prendrait près de 4 années pour atteindre mon objectif. J’étais encore bien plus loin de me douter que lorsque l’objectif serait atteint, la motivation tomberait à plat. C’est ce qui m’est arrivé suite à la réalisation de mon temps de qualification pour Boston en mai de cette année.

J’ai vécu une baisse de motivation importante. J’ai éprouvé des difficultés lors de mes longues sorties pendant l’été. Mon cerveau n’arrivait pas à comprendre pourquoi je recommençais une telle aventure, l’objectif avait pourtant été atteint. Ainsi, je me suis mis à réfléchir sur l’importance d’un objectif. J’ai même fait des lectures sur l’importance d’un objectif pour les athlètes pour alimenter mes réflexions. Dans mes lectures, tous les auteurs sont d’accord pour dire que l’objectif est primordial. Toutefois, tout est dans la définition de l’objectif.

Une de mes lectures : « Foundations of Sport and Exercise Psychology, 6E Par Weinberg, Robert S.,Gould, Daniel avril 2014 » mentionne qu’il y a différentes sources, soit interne et externe, qui alimentent la motivation d’un athlète. En somme, il y a une différence entre un athlète qui veut se rendre aux Olympiques et un athlète qui veut gagner une médaille aux Olympiques et un athlète qui veut gagner la médaille d’or aux Olympique. L’athlète qui veut se rendre aux Olympiques a atteint son objectif par sa participation alors que l’athlète qui veut une médaille ne va sentir que sa mission est complétée qu’après la finale. Une importante nuance mais qui fait toute une différence dans les performances.

cible_de_tirJ’ai donc compris l’erreur que j’avais commise qui m’avait plongé dans ce marasme émotif cet été : j’avais mal défini mon objectif. Je m’explique. Mon objectif était de réaliser mon temps de qualification et l’objectif a été atteint. L’objectif n’était pas de participer au marathon de Boston ou de réaliser un temps précis à Boston. Non, de me qualifier. J’ai la ferme intention de le courir, soyez sans crainte. Toutefois, ma préparation mentale allait dans une autre direction. J’ai corrigé le tout dans les dernières semaines menant au marathon de la Vallée-de-la-Rouge. J’ai pu retrouver la force mentale afin de me permettre d’obtenir une autre qualification pour Boston.

Ne partez pas la machine à rumeurs ! Bien loin de moi l’idée d’aller aux Olympiques et de gagner une médaille. Toutefois, cette réflexion m’a amené à redéfinir mon objectif : je veux courir Boston à chaque année. C’est déjà bien partie avec une inscription confirmée pour 2015 et avec un temps de qualification obtenu pour 2016. Je vais pouvoir pleinement profiter de mon premier Boston au mois d’avril 2015 et courir sans pression lors de mes prochains marathons … jusqu’au prochain marathon de qualification pour Boston 2017.

Sur cette réflexion très personnelle de la notion d’objectif, je vous souhaite une bonne année 2015. Également, je vous souhaite de belles réalisations dans vos objectifs de course, mais également sur le plan personnel et professionnel. Je réalise que les aptitudes que je développe en course à pied, et lors des compétitions, sont transférables dans tous les sphères de ma vie.

Publié dans Général, Marathon de Boston | 9 commentaires