Marathon Desjardins de la Vallée de la Rouge édition 2017


Un autre de mes périples annuels est le Marathon Desjardins de la Vallée de la Rouge. Je l’ai fait pour la première fois en 2014 et je suis tombé en amour avec ce marathon. Ce qui me plaît de ce marathon est le côté champêtre, relaxe et intime. Le tracé est sur la piste cyclable du P’tit train du Nord. Nous partons de Rivière-Rouge pour se rendre près du lac Nominingue et un retour au point de départ. Il y a environ une cinquantaine de participants par année. Si tu trouves une personne qui a le même rythme que toi, tu peux courir en groupe. Autrement, c’est un moment précieux qui me permet d’affronter mes pensées, m’en libérer afin de chercher à profiter du spectacle de la nature et me concentrer sur le moment présent. Cet état d’âme est vraiment magique.

En préparation de cette course d’octobre qui me permettrait de me qualifier pour le marathon de Boston, j’avais dans ma préparation un 10 km lors de la course de l’Armée en septembre.

Ma préparation consistait à réaliser 4 entraînements par semaine avec des intervalles les mardis et vendredis, un Fartlek le samedi, comme un canicross avec mon Yorkie, et un 25 km le dimanche. Ce 25 km inclue une heure à l’allure marathon.

Lors de mes entraînements en intervalles, je n’arrivais pas à atteindre les objectifs. J’étais à quelques secondes près, ce n’était pas un drame. En conséquence, je ne pouvais pas m’attendre à courir un record personnel sur ce 10 km. J’avais comme objectif moins de 43 minutes pour cette course.

Un selfie d’avant la Course de l’Armée – 2017

10km

Résultat de mon 10 km : 43 minutes 23 secondes

Cette course est le résultat de mes entraînements, à quelques secondes de l’objectif. Après cette course, j’avais fait le choix de réduire à 21 km mes longues sorties pour augmenter le travail en intervalles. Je voulais corriger mon problème de vitesse. C’est ce que je trouve important de faire dans une préparation, des ajustements.

Marathon Desjardins de la Vallée de la Rouge 2017

maxime

Alors que j’attends le départ dans un abri pour me cacher de la pluie, je croise Maxime Martin, un humoriste, et je lui dis que nous ne sommes pas habillés pour la même saison. Il la trouve bien drôle et se fait prendre en photo avec moi. Il y a mon amie Josée qui fait un Photobomb en arrière plan 🙂

L’ambiance était bonne au départ. Je suis relaxe, mais pas confiant à 100%. J’espère que les ajustements dans mon programme vont me permettre de corriger mes lacunes.

Finalement le départ est donné dans la pluie. Je n’ai que quelques kilomètres de fait et mes souliers sont remplies d’eau. Je me rappelle que pour les premiers km, les sensations étaient bonnes. Par contre, le fait d’avoir augmenter le travail des intervalles avaient créé une fatigue musculaire. Je n’ai pas ressenti les effets de cette fatigue. C’est arrivé d’un seul coup vers le 16 km, la cuisse gauche refusait de collaborer. Mon corps m’avait abandonné.

J’avais écrit sur Facebook :

« 3h52 … difficile marathon car les quads du côté gauche ont saisi au km 16. Par contre, 21 ième marathons de compléter, dans la douleur celui-là ! Ce n’est pas toujours comme ça heureusement. Je me conditionne à oublier rapidement car j’ai un autre marathon dans 3 semaines 🙂 »

Oui dans la douleur ! Il y a de ces marathons qui font parti de ce que j’appelle les « habiletés transférables ». Dans la souffrance, je n’ai pas abandonné. J’ai persisté pour accomplir la mission que je m’étais donné. Ça me prépare à faire face à des difficultés de la vie ou en affaires, une préparation mentale. Lorsque je traverse un moment difficile, je me rappelle ce marathon et je me dis que j’ai vu pire. Je me retrousse les manches et je fonce. Toutefois, je peux vous dire que la connexion au moment présent était brouillée. Il y a eu plusieurs blasphèmes lâchés sur le parcours et ce n’était pas des prières.

C’est fou la souffrance que je suis prêt à endurer pour une médaille. Si c’est dans la souffrance que l’on grandit, je viens de faire des pas de géants.

Je dois oublier tout ça rapidement car j’ai un autre marathon dans 3 semaines, soit le marathon MEC du Parc de la Gatineau.

 

 

2 commentaires sur “Marathon Desjardins de la Vallée de la Rouge édition 2017

  1. Le marathon de la Rivière Rouge est sûrement un marathon pour pouvoir se qualifier pour Boston pour quelqu’un qui est près du standard vu la date où il est tenu. Par contre, en octobre, on peut aussi avoir de mauvaises surprises comme la pluie que tu as eue. La pluie dans une température fraîche peut causer des crampes quand on est peu habillé. C’est peut-être ce qui s’est passé dans ton cas ?

Les commentaires sont fermés.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :