La vélo route des Draveurs entre Messines et Gracefield, un moment de pur bonheur


Lorsque j’ai construit le chalet en 2012 à Kazabazua, j’avais choisi son emplacement pour la piste cyclable qui est à proximité. En vacances, je peux m’adonner à mes sports favoris, soit la course à pied et le vélo. J’espérais qu’un jour la piste cyclable soit asphalté. Une partie de mon souhait s’est réalisé cet été.

Des travaux d’asphaltage ont eu lieu sur la section nord, soit de Messines vers Gracefield de la piste cyclable. J’avais déjà fait une série d’articles dans le passé sur la portion sud, soit de Gracefield vers Low :

https://trainingforboston.wordpress.com/2013/08/16/la-veloroute-des-draveurs-partie-1-de-3/

https://trainingforboston.wordpress.com/2013/08/18/la-veloroute-des-draveurs-partie-2-de-3/

https://trainingforboston.wordpress.com/2013/08/20/la-veloroute-des-draveurs-partie-3-de-3/

J’avais vu des photos de ce nouveau tronçon asphalté. Je trouvais que c’était tout simplement magnifique. J’ai décidé d’aller faire un tour pour constater avec mes yeux. Je ne fus pas déçu. Une belle découverte pour moi à partager !

Lire la suite « La vélo route des Draveurs entre Messines et Gracefield, un moment de pur bonheur »

Publicités

Une grande déception lors de mon 1er ultra marathon de 6h


Une course comme récompense

Lors de mon marathon d’automne l’an passé, j’ai réalisé ma troisième qualification pour le marathon de Boston. Je pense bien que mon temps de 3’21 et 53 secondes me permettra d’aller courir le marathon de Boston au mois d’avril 2018. Il ne me reste qu'<a passer les procédures d’inscriptions en septembre.

Comme récompense de cette course, j’avais décidé d’aller courir un 6 heures de course à Kingston http://ca.srichinmoyraces.org/kingston/6-hour-race . Le but est de me faire plaisir, courir et méditer, sans stress. Rien que ça ! J’aime ça ce genre de défi.

20170603_083203

Lire la suite « Une grande déception lors de mon 1er ultra marathon de 6h »

Fin de ma préparation pour mon 1er ultra marathon à Kinsgton


J’en suis dans la dernière semaine avant mon premier ultra marathon de 6 heures à Kingston. L’épreuve consiste à courir le plus de kilomètres en 6 heures. C’est une boucle de 1,1 km sur le site historique du vieux fort de Kingston en Ontario. Mon objectif est de réussir à courir 66 km soit une moyenne de 11 km/h pour 10 tours à l’heure.

Cette course est ma récompense pour ma troisième qualification pour le marathon de Boston réussie en octobre lors du marathon de la Vallée-de-la-Rouge. Cet ultra est dans ma liste des courses que j’aimerais faire avant de mourir. C’est une course qui permet de méditer et de se vider la tête pendant 6 heures. Il y a supposément une ambiance de méditation. J’ai bien hâte de vivre cette expérience et je me suis d’ailleurs « pratiqué » pendant mes longues sorties.

Ma préparation a été de 4 à 5 entraînements par semaine pendant 14 semaines. Mon kilométrage variait de 50 km à 70 km par semaine. Beaucoup de travail de fractionnés durant la semaine et des longues sorties le weekend, dont une belle sortie de 60 minutes le samedi avec mon « gros » Yorkie.

Lire la suite « Fin de ma préparation pour mon 1er ultra marathon à Kinsgton »

Mon défi des entreprises 2017


Voilà un certain temps que je n’avais pas écrit. C’est simplement parce que je n’avais pas grand chose à dire. Après mon dernier marathon, j’ai décidé de prendre le temps de courir sans effort pour 2 semaines qui s’est étiré en 2 mois. C’est vraiment bon sur le plan psychologique ce genre de pause. Je vais le refaire c’est certain. Puis j’ai repris le flambeau en décembre pour ma préparation de mon premier ultra le 3 juin à Kingston.

En janvier, j’ai subit une petite blessure au psoas gauche. Bien que cet inconfort me permettait de courir, je devais le faire dans la douleur. J’ai eu recours à plusieurs spécialistes pour des traitements. Finalement, en mars, la douleur a disparu et j’ai pu courir de nouveau sans douleur. Par contre, j’ai attrapé un rhume qui m’a mis KO pour quelques semaines. Mon entraînement à vraiment commencé au mois d’avril sans douleur et en santé. Ce sont là de bonnes sensations.

En préparation de mon premier ultra de 6 heures le 3 juin à Kingston, je fais deux courses de 10 km, soit le défi des entreprises et le 10 km du marathon d’Ottawa. Ce premier 10 km a été réalisé hier.

Lire la suite « Mon défi des entreprises 2017 »

Ma troisième participation au Marathon Desjardins de la vallée de la Rouge


J’effectue beaucoup de lecture sur la course à pied et la préparation physique. J’essaie constamment de m’améliorer en adoptant les exercices et les techniques qui donnent d’excellents résultats. J’avais lu en début d’année un article qui stipulait qu’une préparation pour un 5 km lorsqu’intégré dans une préparation marathon donnait des résultats super positifs. J’ai donc intégré une préparation pour un 5 km dans ma préparation marathon. Je veux courir vite alors quoi de mieux que de se préparer pour un 5 km, n’est-ce pas ?

Dans le cadre de ma préparation marathon, j’ai effectivement couru vite. Mon allure de référence pour mes fractionnés étaient de 3 minutes 30 secondes au km et mes tempos entre 3 minutes 55 secondes et 4 minutes 15 secondes au km. Mes longues sorties sont inspirées de la méthode Run Les Run Faster et j’effectuais un 30 minutes en échauffement suivi de 30 minutes allure de mes tempos, 5 minutes de retour au calme pour enchaîner avec 2 répétitions de 14 minutes allure marathon avec 2 minutes de récupération entre les répétitions. Je terminais avec 30 minutes de retour au calme. Mes « longues sorties » ne dépassaient pas 2 heures 5 minutes. En plus, le total de mes semaines n’a jamais fait plus de 58 km. Des petites semaines dans le monde du marathon.

En somme, en réduisant le volume d’entraînement, je peux développer davantage ma vitesse car j’ai les jambes moins fatiguées des impacts des longues distances. C’est en théorie !

Lire la suite « Ma troisième participation au Marathon Desjardins de la vallée de la Rouge »

Pendant que les pros étaient à RIO, moi je m’éclatais à Brockville Ontario


L’été, je diminue l’entraînement en course à pied pour intégrer le vélo. J’en profite donc pour faire des duathlons. Cette année, ce sera un seul duathlon et à Brockville. J’ai fait 4 fois cette course au cours de 8 dernières années. C’est un parcours que j’aime bien, malgré que l’an passé le parcours avait été modifié à la dernière minute pour un parcours médiocre de la première course à pied. J’ai lu que la situation avait été corrigée alors j’ai décidé d’y retourner.

Mon objectif cette année était de faire 1h09. Mon record du parcours est de 1h10 alors je visais un nouveau record personnel. J’ai pratiqué les transitions vélo et course à pied dans le Parc de la Gatineau. Il ne me restait plus qu’à passer de la pratique à la compétition.

Au début de l’été, mon épouse, Nathalie, m’annonce qu’elle a le goût de reprendre la course à pied. J’avais mentionné à Nathalie qu’il  a un 5 km à Brockville avant le duathlon. Elle pourrait faire cette course. L’idée fait son chemin et elle fini par s’inscrire. Le retour à la course à pied sera du sérieux. Par le fait même, Nathalie et moi discutons avec une amie, Lucie, qui s’entraîne pour son premier demi-marathon. Elle se laisse convaincre de venir courir le 5 km à Brocville avec nous. Son objectif est de battre son record personnel sur la distance du 5 km pour se donner confiance dans son entraînement pour le demi.

Voilà trois comparses avec des objectifs personnels, Luc qui vise un record personnel sur la distance sprint duathlon, qui est un 2 km de course à pied, suivi de 21 km de vélo et un 5km de course à pied pour terminer. Lucie qui vise un record personnel sur 5km et Nathalie qui a comme objectif de renouer avec la course à pied et terminer l’épreuve en beauté.  Lire la suite « Pendant que les pros étaient à RIO, moi je m’éclatais à Brockville Ontario »

Chaleur et humidité au Marathon d’Ottawa Banque Scotia 2016


Chaleur, humidité, peu de vent et du pollen en masse, voilà les conditions dans lesquelles j’ai couru le marathon d’Ottawa en 2016. Dame nature nous a joué un vilain tour ce weekend en nous donnant des conditions difficiles pour courir. J’ai passé la grande partie de ma préparation marathon à courir dans des températures en-dessous du point de congélation, et la journée de la course, c’est comme courir dans un sauna. Les prévisions météorologiques annoncent un 32 degrés Celsius pour une température ressentie de plus de 41 degrés Celsius. Chose certaine, je n’aurais pas besoin de gants et de ma tuque pour cette course 🙂 Non, ce n’est pas comme le Winterman !

Face à ce qui nous attendait, le comité organisateur jonglait avec l’idée d’annuler le marathon. Je discutais avec des coureurs le vendredi soir et tout le monde voulait courir. Heureusement que le comité organisateur ne s’est pas fié à l’opinion des coureurs pour prendre leur décision. Par contre, c’est une drôle de sensation que de ne pas savoir si j’allais courir ou pas le marathon. Finalement, l’annonce sera faite samedi à midi pour dire que le marathon aura lieu. C’est le demi-marathon qui est déplacé de 9h00 dimanche à 8h15. À partir de ce moment, la fébrilité s’est installée en moi. J’avais hâte d’affronter la chaleur pour le courir Ottawa.

Lire la suite « Chaleur et humidité au Marathon d’Ottawa Banque Scotia 2016 »

Un test d’effort pour mesurer l’état de la forme physique


Après des mois d’une bataille contre une douleur au cou et aux épaules, j’ai enfin conquis. Je retrouve le plaisir et la liberté de courir sans douleur. Cet état d’enthousiasme m’a permis de remarquer que mon état de forme n’était plus comme avant.

Lors d’entraînement, je me surprends à être essoufflé rapidement et je dois ralentir. J’ai décidé de ne plus me chronométrer pendant mes sorties et de courir aux sensations. Lorsqu’une douleur au cou limite la vitesse, je crois que ça va. Comme cette douleur est maintenant chose du passé, je vois que je ne peux me fier qu’aux sensations. Je vais avoir besoin de courir selon mes zones pour éviter une nouvelle blessure.

Lire la suite « Un test d’effort pour mesurer l’état de la forme physique »

Une victoire sans podium


Depuis juin, je traînais une blessure au niveau du cou suite à un faux-pas lors de travaux de rénovations au chalet. J’ai été accompagné par des spécialistes pour soigner ma blessure. La guérison a été beaucoup, beaucoup, beaucoup, et j’en passe, plus longue que ce que j’avais anticipé. En plus de combattre la douleur, je devais combattre mes démons intérieurs.

C’est fou comme une pensée négative arrive subitement. À titre d’exemple, je me prélasse tranquillement sur le divan en train de lire des articles sur la course et pied. Je rêve de pouvoir refaire Boston un jour. Je rêve de courir de nouveau sans douleur et, sans prévenir, je me fais envahir par une pensée négative. Le rêve passe au cauchemar. Mon cerveau cherche à me faire croire que je ne serai plus jamais capable de courir. Que c’est fini pour moi la performance lors des marathons et que plus jamais je ne ferai Boston de nouveau. Un match mental s’installe dans mon cerveau. Je combats ces pensées négatives. Je défais mes scénarios intérieurs et après plusieurs minutes, que dis-je, des heures, d’un combat acharné, je lâche prise. Je me dis que je dois simplement faire preuve de patience et qu’un jour, je recommencerai à courir sans douleur. Malgré tout, ce combat à ruiner ma soirée et à drainer mon énergie. Je me couche épuisé de moi-même, brûlé par mes pensées négatives.

Je cherche à ne plus laisser mon cerveau être envahi par de nouvelles pensées négatives. Pour y parvenir, je me fais plaisir en courant. Je cours avec mon chien, oui mon petit Yorkshire, et je cours des Fartlek, des jeux de courses. Il y a quelques semaines, dans un Fartlek, j’ai décidé que le jeu était d’attaquer les côtes. Je me suis laissé envahir par mon enthousiasme et j’ai fait un Fartlek de plus 24 km. Un record personnel de Fartlek. Les attaques des dernières côtes n’étaient pas très forte, mais je me suis fortement amusé.

CIqifYiUAAAQ-xL

Lire la suite « Une victoire sans podium »

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑