Sprint Duathlon à Brockville pour me faire plaisir


Je n’avais pas fait de duathlon depuis 2011. Alors suite à un hiver rigoureux, voire frette en simonac, et un printemps chargé avec deux marathons, je me suis mis en tête de prendre ça relaxe pour l’été et me faire plaisir. J’ai donc sortie mon vélo de triathlon des boules à mites pour le chevaucher de nouveau. L’objectif de l’été étant un sprint duathlon à Brockville (On).

Le duathlon, c’est comme le triathlon, mais sans la natation. Je trouve que deux sports à maîtriser c’est bien assez pour moi. J’ai une profonde admiration pour les triathlètes. Je n’arrive pas encore à me voir faire trois sports sur une base régulière. La version sprint duathlon de Brockville consiste en 2 km de course à pied, 20,7 km de vélo et un 5 km de course à pied pour terminer.

Avant le départ, je suis en mode relaxe :

brockville_luc_relaxe

Accompagné de mon épouse, nous en profitons pour aller voir le départ du triathlon.

Brockville_triathlon

Faut être motivés se lancer dans l’eau si tôt le matin. Chapeau à vous !

De mon côté, je m’installe dans la zone de transition et comme nous sommes arrivés tôt sur place, j’ai un endroit super stratégique.

brockville_transition

(Mon vélo est dans le coin en bas à gauche. Je suis à 5 mètres de la sortie de vélo.)

Finalement, il est 9h05 et « bang! », le départ est donné.

Je m’étais positionné en avant du groupe des 37 participants et rapidement je me retrouve dans le peloton de tête. Le rythme est bon, vers les 3’45 au km.

brockville_luc

Nous courons dans la marina avec les gens qui marchent et plein d’autres obstacles à contourner. J’avais oublié à quel point l’organisation des courses Somersault pouvait parfois laisser à désirer. En plus, pour ce 2 km, nous devons se taper des escaliers à deux reprises. Pas ce qu’il y a de mieux comme parcours. Ce n’était pas comme ça lors de mes deux autres participations. Le parcours a changé et ce n’est pas pour le mieux.

brockville_luc_marina

Je termine mon 2km en 4ième position. J’entre dans la zone de transition, prends mon vélo et comme je suis bien positionné, je me retrouve en troisième place. Temps de la course de 2 km avec la transition et les 2 escaliers : 8 minutes 44 secondes.

La portion vélo se révèle être tout un défi. Je constate que je n’ai pas assez roulé cet été, mais ce n’est vraiment pas le temps de m’apitoyer sur mon sort. Je roule du mieux que je peux. Je réussi à gagner une place en doublant un autre participant. Le parcours est une boucle aller retour. Alors que l’aller est principalement en descente, comme tout ce qui descend doit remonter, ben le retour est principalement des montées. En plus, nous avons le vent de face pour le retour. Les conditions sont difficiles sur cette portion de course. Je me fais doubler par un participant du sprint duathlon et je me retrouve en 3ième place.

Alors qu’il ne me reste que moins de 3 km, il y a un automobiliste, un Dieu de la route qui a tous les droits sur cette terre et qui estime que tout lui est dû, qui a décidé de franchir les barricades et se il retrouve au beau milieu de la compétition de vélo. Je crois voir que d’autres automobilistes l’ont suivi et à une intersection, c’est la panique avec un véhicule de police qui intervient, des bénévoles qui courent à gauche et droite. Je reçois des signaux de gens qui gesticulent en tous les sens, et, signaux, que je ne décode pas.

Je freine … et plusieurs %!=&/ »@ ont sorti.

D’autres compétiteurs ont compris les signaux et ils ont pris la gauche, moi je suis à droite des véhicules. On me fait signe d’avancer alors je repars pour constater que je me suis fait doubler par plusieurs cyclistes. Je ne sais juste pas quelle compétition ils font car il y a bien une dizaine de compétitions en simultanée.

Je termine la portion vélo de 20,7 km en 39 minutes 37 secondes. Ce n’est pas ma meilleure performance.

Il me reste le 5km. À la sortie de la zone de transition, je reconnais un participant du sprint duathlon qui est quelques mètres devant moi. C’est ma cible et je passe à l’attaque. J’ai beau chercher à accélérer, les jambes ne veulent pas suivre. En plus, je cours tout croche, ma technique de course est saccadée. Je me concentre sur ma technique, je me remémore mes points de repères, bon ça revient et c’est maintenant beaucoup plus fluide. J’ai le sentiment que je force moins. Je regarde devant moi et je vois que je me rapproche du participant. Après 2,5 km, nous faisons demi tour. Nous sommes côtes à côtes. Même si c’est une compétition, nous avons quelques échanges amicaux. Toutefois, à 4’20 au km, on ne parle pas beaucoup.

Et il me dit : « Have fun » ! Le rythme est trop vite pour lui, il ralenti. Je maintiens l’allure je dépasse des participants des autres courses. Finalement, l’arrivée est proche. J’entends des pas derrière moi alors je ne prends pas de chance et j’entame un sprint pour terminer en force. Les jambes font mal, elle vont tenir le coup et puis c’est fini tout relâche, je croise le fil d’arrivé en 1 heure 11 minutes et 17 secondes. Le dernier 5 km a été fait en 23 minutes incluant le temps de transition. Comme le parcours et les distances ont été modifiées, je ne peux comparer avec les autres années.

Après avoir franchi le fil d’arrivée, je croise d’autres participants du sprint duathlon et nous nous félicitons mutuellement. Nous convenons que le retour en vélo a été un beau défi. Sauf que j’ai faim car je n’ai presque pas mangé le matin. Je leur dit « bye » et je m’en vais retrouver mon épouse.

Je la retrouve près de la zone de transition. Elle me mentionne qu’elle ne m’a pas vu. Je lui dit que : « c’est parce que je suis rapide »🙂

J’ai faim alors je veux manger. Nous nous sauvons discrètement. Je ne regarde pas les résultats car je crois que j’ai une quatrième place ou plus. Au restaurant, je vérifie sur mon téléphone intelligent les résultats. Je suis deuxième !!! Pour une des rares fois que j’ai un podium, je ne peux même pas en profiter. Enfin, je vais prendre un café de plus pour célébrer.

 *******

Plus haut je vous parlais de technique de course, regarder ma posture sur les photos ci-haut. Je suis légèrement incliné vers l’avant. Le pied est droit et prêt à attaquer le sol. La plante des pieds touche le sol en premier alors pas de talons. Comparer à ce coureur :

brockville_duathlon_talon

Une attaque classique du talon. Une enjambée trop longue et un dos bien droit. Comme conséquence, il court contre lui car ses enjambées le ralentissent et avec l’impact au sol, il y a de fortes chances de blessures au genou, à la hanche ou au bas du dos. C’est ce qui fait le bonheur des kinés, des physios ou des chiros malheureusement.

 *******

Bon, fini les analyses.

Ma prochaine course est le marathon Desjardins de la Vallée de la Rouge à Rivière-Rouge le 11 octobre. Un marathon que j’ai fait l’automne passée. Le parcours est relativement plat, propice pour une qualification pour le marathon de Boston. Je tente de nouveau une qualification pour Boston, mais pour 2017 cette fois-ci. J’ai déjà le standard pour 2016. Il ne reste à savoir si je serai accepté. Les ouvertures des inscriptions pour Boston sont le 14 septembre cette année et soyez assuré que c’est dans mon agenda.

 

p.s. Photos courtoisies de ma charmante épouse. Merci Nathalie❤

A propos trainingforboston

En affaires, c'est comme courir un marathon car l'important c'est de durer. Marathonien 20 fois.
Cet article a été publié dans Duathlon. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Sprint Duathlon à Brockville pour me faire plaisir

  1. François dit :

    Très intéressante ta description de course. Il semble que l’organisation était chaotique mais il y a toujours moyen de prendre du plaisir. Bravo pour cette belle deuxieme place. C’est de bonne augure pour ta qualification pour Boston 2017.

  2. Greg Runner dit :

    Bravo pour cette 2ème place (et pour ta technique de course!).

  3. Rohnny dit :

    Bravo à toi, tu as toujours la pêche… bonne continuation.

  4. Nathalie dit :

    Félicitations !

Les commentaires sont fermés.