Mon histoire au marathon d’Ottawa 2015 et le #DéfiScotia


Lors de mon dernier billet, j’ai présenté brièvement les histoires de quelques personnes lors de l’épreuve du marathon au marathon d’Ottawa Banque Scotia. Des gens que j’ai côtoyé lors du weekend ou suivi leurs périples sur les médias sociaux. Je trouvais ça important d’écrire sur ce sujet. Chaque coureur a une petite histoire lors de ce marathon et c’est bon de les entendre. Nous avons toutes et tous notre petite motivation qui nous fait sortir beau temps, mais surtout mauvais temps. J’ai bien aimé l’exercice, je vais le refaire.

Pour ma part, suite au marathon de Boston, j’avais de sérieuses raideurs musculaires aux jambes. Je me suis fait mon propre plan de traitements. J’avais planifié 3 visites chez le physiothérapeute, 2 visites chez une thérapeute sportive et finalement 2 visites chez mon chiro. Tout ça en 4 semaines. Méchant traitement choc !

Heureusement,  j’ai retrouvé mes jambes le jeudi. Je pouvais donc entrevoir courir mon 17ième marathon sans douleur le dimanche. Quel soulagement !

Jeudi

C’est la soirée du ramassage de la trousse. J’accompagne mon collègue Renald à l’expo qui va courir second marathon. Il n’y avait pas d’attente à l’expo et en quelques minutes nous voilà sur le chemin du retour. Sur le retour, nous discutons stratégie de course et je lui donne de l’information sur le parcours. Le lendemain au bureau, tous les deux nous trouvons que le gilet du marathon est super beau. L’organisation a frappé dans le mile avec un tel design.

gilet_ottawa_2015

Vendredi

Je suis invité en tant que membre de l’équipe formidable la soirée du président et une fête pour commémorer le 30ième anniversaire du 10 km à Ottawa. Cette soirée me permet de croiser d’autres membres de l’équipe. De gauche à droite : Roch, James, moi-même, Leanne, Patrick et André. Nous avons passé près de 7 mois à échanger virtuellement via les réseaux sociaux. C’était bien agréable se rencontrer en personne.

CFs5oveWYAEgqGW

Merci à l’organisation du marathon d’Ottawa de m’avoir recruté pour faire partie de l’équipe formidable. J’ai aimé cette belle expérience et j’ai donné le meilleur de moi-même.

Samedi

Je retrouve des gens de Québec. On se raconte des histoires de course. Il y en a des anecdotes car autour de cette table, il y a près de 300 marathons. Après s’être bien rassasié, nous nous donnons rendez-vous le lendemain matin pour le marathon.

20150523_222516813_iOS

Mon souper avec Jean-Yves, Bruno, Claude et François. (Crédit photo de François Drouin)

Marathon

Si j’ai retrouvé mes jambes le jeudi, l’énergie n’est pas au top. Après avoir retrouvé mes comparses de la veille, nous nous envolons dans notre corral respectif pour le départ. Contrairement à Boston, je suis bien en avance dans mon corral. À 7h, le départ est donné. Je me colle au lapin de 3h25. Ma stratégie de course est d’accélérer après le km 5. Entre le km 5 et le km 10, je sens que je ne suis pas à 100%. L’énergie n’y est pas alors je dois retenir mon allure si je veux compléter ce marathon.

Au km 19, je croise notre célèbre paparazzi Norm qui me mitraille de photos devant le Musée de la Guerre. Le gars dans la photo me semble bien heureux, même s’il court un marathon🙂 C’est fou comme j’étais content de voir Norm. Mon niveau d’énergie a monté d’un cran.

2015-05-25 19.45.14

Crédit photo (Norm le paparazzi)

J’avais dit à mon épouse et à mes parents que j’étais pour passer entre le km 25 et le km 26 vers 9 heures, soit 2 heures après le marathon. J’avais 2 minutes de retard et j’ai passé à 9h02. Je me dirige vers mes parents et je leur fais un « high five » ! Ça aussi ça me redonne de l’énergie. J’ai alors décidé de donner des « high five » à ceux ou celles qui tendaient la main. J’ai dû en donner une centaine par la suite Je me déplaçais d’un côté du chemin à l’autre pour donner des « high five ». J’ai fait 400 mètres de plus sur marathon de cette manière. Je suis allé chercher de l’énergie. Les enfants étaient tellement heureux lorsque je leur donnais un « high five ». C’était beau de les voir.  J’espère que par mes actions j’aurais contribué humblement à leur donner le goût de faire de l’activité physique.

Le rythme est bon, mais je ralentis par la suite. Rendu au km 35, j’ai les jambes en « compotes ». Je me concentre sur ma course. Je demeure sur la droite et je donne encore des « high five » aux spectateurs.  Sur cette section du parcours, l’ambiance est survoltée. Il y a énormément de monde et c’est motivant. Merci aux spectateurs de venir nous encourager. Un peu plus loin, il y a des pré-ados qui donnaient des Popsicle !!! J’ai fait le plein et ça m’a refroidi temporairement.

Il reste quelques km et la chaleur commence à se faire sentir. J’ai hâte d’en finir alors j’accélère le pas … mais c’est purement imaginaire vous savez. Je fini par passer la ligne d’arrivée en 3h28’50. Je n’ai pas réussi à améliorer mon temps de qualification pour Boston de 3h22’36. Ce n’est pas bien grave car je devrais être sélectionné pour Boston 2016. Néanmoins, c’était mon 17ième marathon et mon 4ième meilleur temps.

luc_ottawa_2015

Je suis satisfait du résultat car je sais que je suis en bonne condition physique. Ce qui me permet de croire en un temps de 3h20 au marathon de la Rivière-Rouge le 11 octobre, mon prochain marathon. Avec ce temps, je pourrais me qualifier pour Boston 2017. C’est comme l’impôt, faut le faire à chaque année, je parle du standard de qualification.

Défi Scotia

J’ai participé au défi Scotia des médias et j’ai gagné le défi en réalisant le meilleur temps parmi les personnes sélectionnées. La Banque Scotia remettra 500$ en don en mon nom à la Société canadienne du cancer. Merci Banque Scotia.

defiscotia

Cette cause me touche personnellement avec 2 opérations pour 2 cancer de la peau. Je suis donc très heureux d’avoir pu faire une petite part et contribuer à la recherche ou aux services aux personnes atteintes. Merci Nathalie de l’offre pour participer à ce défi.

Ottawa 2016

Lors de la fin de semaine de course, je discutais avec un coureur de Toronto. Il me disait que les médias à Toronto disent aux gens de rester chez eux lorsque c’est le marathon. Il était surpris d’entendre à Ottawa que les médias disaient aux gens où aller pour encourager les coureurs, quel chemin prendre pour faciliter leurs déplacements et qu’ils encourageaient les gens à sortir pour encourager les coureurs, une tout autre mentalité. Je présume qu’il y a un fort travail d’éducation qui a été fait par l’organisation du marathon. Ceci permet de sentir que la ville d’Ottawa vibre vraiment pour le marathon.

L’an prochain, le marathon d’Ottawa aura lieu le 28-29 mai. C’est déjà dans mon calendrier. Si au cours des dernières années, j’avais une relation amour/haine avec ce marathon, depuis 2014, tout a changé et ce n’est que de l’amour. Le parcours est superbe, les vues tout au long du parcours sont très belles et il y a de l’ambiance. C’est ce qui fait que je trouve que c’est le plus beau marathon au Canada. Je serai là l’an prochain.

A propos trainingforboston

En affaires, c'est comme courir un marathon car l'important c'est de durer. Marathonien 20 fois.
Cet article, publié dans Marathon d'Ottawa, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Mon histoire au marathon d’Ottawa 2015 et le #DéfiScotia

  1. 300 marathons autour de la table… tout mon respect à ce beau monde, et on se voit en 2016!

  2. François dit :

    Bravo pour ta course ! Tu as raison. C’est le plus beau marathon au Canada. Je l’ai redécouvert en 2013 et je vais le faire à chaque année

  3. normquiroule dit :

    Effectivement une superbe de belle course, même quand on est blessé a must do… Bravo Luc pour ta performance et ton billet

  4. Félicitations Luc.

  5. Guy dit :

    Bravo !

  6. cocoandco dit :

    Joli récit et surtout joli chrono, bravo!!!
    Ici on ferait bien de prendre exemple, dans ma campagne sudiste, les spectateurs se font parfois désirer, les gens d’ici n’aiment que le rugby…et je ne parle pas des automobilistes qui ne respectent pas les interdictions de circuler, bref…
    Blog sympa, je reviendrais ;o))

  7. Ping : Saturday Stories | The Courage of Lungs

  8. Sarah dit :

    J’adore le coup des high five pour te booster ! Je pense que je vais essayer ça pour me rebooster pendant la course.

  9. Ping : Esquisse : les 10 commandements d’un marathon | Training for Boston's Blog

Les commentaires sont fermés.