Moins de 2 semaines avant Boston


Voilà un certain temps que je n’avais pas écrit. Ce n’est certes pas l’action qui a manqué cet hiver. Je suivais à la lettre mon programme d’entraînement pour Boston, malgré l’hiver misérable que nous avons connu. En temps normal, je suis de ceux qui trouve que s’entraîner l’hiver, ce n’est pas si pire que ça. Dans un hiver normal, nous avons 4 ou 5 journées de grand froid où je dois me taper mes entraînements, ce qui veut dire dans les températures inférieures à -20 degrés Celsius. Toutefois, 2015 a fait exception et nous en avons bavé. Ce fut l’hiver le plus froid en 115 ans. Les températures oscillaient dans les -25 degrés Celsius sur une base régulière. J’ai fait la majorité de mon programme d’entraînement dans des conditions extrêmes. J’estime avoir fait plus de 20 sorties dans des températures inférieures à -20 degrés Celsius. C’est très exigeant sur le corps des températures comme celles-ci. Je crois que c’est un record personnel lors de mes entraînements en hiver, même si je n’ai rien comptabilisé.

Malgré tout, ma préparation pour le marathon de Boston se passait bien. Mon programme marathon épinglé sur le frigo était suivi religieusement. Jusqu’au 12 mars.

IMG02043-20150407-0821

Cette journée-là, j’avais un entraînement en forte intensité à réaliser. J’effectuais mes intervalles et pour une fois la température était clémente, ce qui veut dire environ -5 degrés Celsius. J’ai donc pousser la machine au maximum. Les premières séances d’intervalles se sont bien passées, puis je me suis mis à saigner du nez vers la fin. Fort probablement un effet secondaire de mon intensité :) Ce désagrément m’arrive parfois lorsque je pousse trop et je ne m’en préoccupe pas trop. Cette fois-ci, c’était différent.

Je me suis retrouvé avec une narine complètement bouchée et en inflammation. 48 heures plus tard, une sinusite a jailli. Ah que c’est douloureux une sinusite ! J’avais le sentiment que le côté droit de ma face était complètement déformé et sur le point d’exploser. Je suis allé chercher des médicaments sans ordonnance à la pharmacie, mais rien à faire, aucun effet, la pression était ignoble et ne voulait pas me quitter. Après plusieurs appels chez mon médecin, j’ai réussi à obtenir un rendez-vous, mais pour le 30 mars. L’attente a été longue jusqu’à cette journée. De plus, j’ai du faire une pause d’entraînement car j’étais incapable de courir, j’avais le vertige et j’étais complètement congestionné. Je n’ai pas eu le choix. Le 30 mars arriva et je reçu un verdict de sinusite, bronchite et otite. Rien que ça !

Heureusement, les antibiotiques ont fait effet rapidement et quelques jours plus tard je me suis remis à courir, mais sans intensité. Cette pause de près de 2 semaines ne compromet pas mon premier Boston, mais je sais que je n’ai pas l’endurance nécessaire pour faire mon objectif de 3h19. J’ai fait beaucoup de cardio, mais une seule longue sortie. Je ne pense pas que ce sera suffisant. Il reste à voir. Ce ne sont pas les conditions dans lesquelles je souhaitais courir ce fameux marathon, mais je vais me contenter de ce que j’ai fait.

Le vrai test de cette préparation sera le 20 avril. Il reste 12 jours avant mon premier Boston. La santé revient graduellement et je serai de cette épreuve. J’avoue que je suis très fébrile. Je suis à quelques jours de réaliser un rêve. C’est complètement hallucinant. Après avoir tant espérer courir ce marathon, je suis rendu tout près du but. Je me calme un peu et je vous reviens.

A propos trainingforboston

En affaires, c'est comme courir un marathon car l'important c'est de durer. Marathonien 20 fois.
Cet article a été publié dans Marathon de Boston. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Moins de 2 semaines avant Boston

  1. François dit :

    C’est fou ce que notre sport est difficile . Je viens de lire le blog de Reid Coalset. Il s’est tordu une cheville à moins de deux semaines du marathon de Rotterdam. Tu prendras ça comme ça vient. L’important sera de déguster l’expérience Boston.

  2. Le mental ! C’est ça qui te fait avancer. Et le mental il s’en fou de ta sinusite !

    Ca va le faire !!!

    Bostonnnnn

  3. gilles lamontagnre dit :

    Le principal à Boston c’est de participer ce que plusieurs coureurs n’ont pas eu la chance de faire et toi tu vas réaliser ton reve de le courir, donc la meilleure des chances t’accompagne mon Luc et je sais d’avance pour l’avoir fait à 9 reprises que tu vas aimer ton expérience. Gilles L.

  4. D’un autre côté, t’as eu droit à un repos forcé, ce qui n’est pas une mauvaise chose après l’hiver que l’on vient d’avoir. Et tu as le mental. Go Luc Go! Ça va bien aller.

  5. Louis-Philippe Beaudin dit :

    Que les grands esprits du marathon soit avec toi all the way.

  6. Josée dit :

    Je te comprends très bien. Après avoir souffert aux ishios jambiers pendant 3 mois avant les fêtes, je recommençais à courir en janvier, ça duré 1 mois. Problème de shin splint…j’ai donc été off tout février avec un retour progressif en mars. J’ai quand même réussi grâce à ma coach, à remonter la pente et faire quelques longues mais mon premier Boston, ne sera pas comme je l’aurais souhaité aussi. Comme dit Gilles, nous sommes chanceux de pourvoir faire Boston alors on va en profiter et les PB seront pour une autre fois..

  7. Si ça peut t’encourager, j’ai fait exploser mon PB jadis après avoir été contraint à l’inactivité pendant plusieurs jours suite à des problèmes intestinaux. Peut-être que le reste de ton corps se reposait pendant que tu combattais cette infection et que tu vas te présenter au départ frais et dispo, qui sait ?
    Le mieux, c’est d’y aller au feeling. Mais bon, à Boston, ce n’est pas facile car on se laisse emporter par les descentes du début et les coureurs qui nous entourent sont de la même force que nous…
    Profite bien de l’expérience, c’est ça qui est le plus important !

  8. vinvin20 dit :

    Et bien! Les conditions difficiles de cet hiver y sont surement pour quelque chose. Soignes toi bien et maintenant Boston n’est plus qu’a quelques foulées….Tu vas enfin pouvoir profiter de ce moment!!! Alors même si tu y reste quelques minutes de plus c’est pas bien grave. Tu l’as tellement attendu ce marathon. Je reviendrai prendre des nouvelles tres vite.

  9. Rohnny dit :

    Pas de chance Luc mais je suis certains que Boston va etre et rester un grand moment pour toi. Bonne continuation d’entrainement.

  10. Ping : Le 20 avril 2015, le jour où j’ai couru le marathon de Boston | Training for Boston's Blog

Les commentaires sont fermés.