S’auto-motiver en regardant en arrière


Lorsque je regarde en avant, je trouve que j’ai encore beaucoup de chemin à faire. Toutefois, lorsque je regarde en arrière, je trouve que j’ai fait beaucoup de progrès. Voici un petit aperçu de mon parcours depuis une quinzaine d’année.

En 2000-2001, je rêvais d’une remise en forme (voir photo) suite à une vilaine blessure à la cheville gauche. Les bains de glace ont aidé et je peux finalement reprendre l’entraînement, mais non sans séquelles.

luc_2003_2010

En 2004, je rêvais de pouvoir courir 30 minutes sans pause. Mission accomplie la même année.

En 2007, je me suis mis à rêver de courir un premier demi-marathon. Mission accomplie à l’automne 2007 à Granby.

À ce moment, j’ai eu la piqûre. Je me mets à rêver de courir un premier marathon. Je commence dès 2007 et je relève le défi, non sans peine, en mai 2008 au marathon d’Ottawa.

Dès lors, j’ai été contaminé. La course à pied est devenu une véritable obsession. À partir de ce moment, je n’ai qu’un seul but : courir Boston.

L’épopée débute en 2010 avec ce blogue. Je rêve d’une qualification pour le marathon de Boston. Plusieurs tentatives seront nécessaires et ce n’est qu’en  mai 2014 que je peux dire : mission accomplie.

marathon ottawa 2014 Luc BQ

Je vais finalement courir mon premier Boston dans moins de 7 semaines.

La piqûre du marathon s’est graduellement transformée en une obsession du temps. Maintenant, je rêve de courir un marathon en dessous des 3 heures. Lorsque je regarde le chemin que j’ai eu à parcourir pour y arriver, je me dis que la barre est haute. J’ai un gros 19 minutes à retrancher. Par contre, lorsque je regarde en arrière, je me dis que j’en ai fait du chemin et que je peux y arriver. J’ai réussi à retrancher 46 minutes entre mon premier marathon en 2008 et mon record personnel de 3h19. Je peux y croire. En cette période d’austérité, le rêve n’est pas encore taxé à ce que je sache !

Je ne sais pas combien de temps cela va me prendre pour réaliser ce rêve des 3 heures. Soyez assuré que je m’y consacre pleinement. Je sais par contre que le temps joue contre moi. J’arrive à 46 ans et je vieillis à chaque jour, chaque heure, chaque minute. Chaque jour qui passe m’éloigne de ce rêve et par le fait même me rapproche. C’est à moi de redoubler d’efforts pour y arriver et contrer l’effet du temps. Dans combien de temps, je ne le sais pas, mais je sais que le temps me le dira.

A propos trainingforboston

En affaires, c'est comme courir un marathon car l'important c'est de durer. Marathonien 20 fois.
Cet article a été publié dans Course à pied, Marathon. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour S’auto-motiver en regardant en arrière

  1. En bas de 3 heures? Ottawa 2016? Je fais ça avec toi!

  2. François dit :

    C’est toujours important de faire une rétrospective . On voit tout le chemin que tu as accompli. Maintenant que tu as réussi ta qualification pour Boston, c’est important d’avoir un autre objectif. Oui pour le sub 3:00:00 mais prends le à petites bouchées .

  3. Louis-Philippe Beaudin dit :

    Je t’admire. Bravo Luc

  4. Impressionnant !!!

  5. Rohnny dit :

    Juste une belle histoire, full respect.

  6. Bijouterie Repentigny - Michel St-Pierre dit :

    très très inspirant🙂

  7. Running-Addict dit :

    Ton premier défi était beau, celui ci l’est d’autant plus que la marche est haute!
    Motivation, travail, passion… Je suis sûr que tu y arriveras!😉

Les commentaires sont fermés.