Winterman 2014 le récit de course


Le Winterman est un marathon réalisé dans des conditions hivernales. Ce marathon consiste en 8 boucles de 5,274 km. Organisé par Somersault, il est partie prenante des festivités de Bal de Neige. En ce 16 février 2014, la température était de -17C avec des vents de 35 km/h pour une température ressentie de -24C. C’est l’hiver !

1) L’objectif
Mon objectif pour ma troisième participation à ce marathon blanc est de me coller le plus près possible du 3h25, soit mon temps de qualification pour le marathon de Boston. De plus, comme j’ai apporté plusieurs modifications dans ma préparation marathon, je veux savoir si c’est sur la bonne voie ou pas. Alors, aussi bien tout tester en marathon pour voir ce que ça donne.

2) La préparation

J’en avais parlé ici de mes entraînements et ici de ma nutrition. Des changements importants en réduisant le kilométrage hebdomadaire et en introduisant le gym, les entraînements des abdominaux et du spinning pour développer le cardio.

Mon corps a bien pris ces nouveautés. Pour une des rares fois, je suis arrivé à un marathon reposé, sans blessure et en santé. Voilà une formule que je vais adopter pour Ottawa, mon prochain marathon en mai.

3) Le plein d’énergie

winterman 2014-1J’ai un bon réseau dans le domaine de la course et j’ai la chance d’échanger avec plusieurs coureurs de fort calibre. Lors d’une conversation avec une athlète de haut niveau, elle m’a mentionné qu’elle faisait ses réserves d’avant course avec du yogourt Grec. Un autre athlète m’avait mentionné qu’il prenait du jus de betterave dans les jours précédents la course pour faire le plein de minéraux. J’ai donc décidé de combiner les 2 deux, ce qui s’est avéré une lourde tâche pour le système digestif, mais il a accompli son travail. Donc, 500 ml de yogourt et 500 ml de jus de betterave par jour pendant 3 jours afin d’emmagasiner l’énergie nécessaire pour ce marathon.

4) Les vêtements
1 cagoule
1 cache-cou
1 gilet
1 manteau de cycliste
1 paire de gants
1 paire de mitaine
1 pantalon de course doublé
1 paire de bas de laine
Du ruban à hockey pour protéger les mamelons
7 gels que je mets dans ma mitaine gauche pour les préserver du gel.

Voilà ce que je transporte pendant ce marathon d’hiver :

winterman 2014-2

5) La course
Ma stratégie de course était de courir les 6 premières boucles en 25 minutes chacune et les dernières en 27 et 28 minutes pour un total de 3h25. Je devais donc faire environ 32 km à 4’46 au km pour compléter les 6 premières boucles.

Lors du marathon, j’ai passé au 21,1km exactement en 1h40, soit 4 boucles en 25 minutes chacune. J’étais régulier comme un métronome sur ce parcours. Toutefois, à la cinquième boucle, j’ai échappé 30 secondes et à la sixième boucle, 1 minute. Je savais donc que pour faire 3h25, je devais maintenir ce rythme. Par contre, les raideurs musculaires dans les jambes me l’empêchent. Après la septième boucle, je fais un calcul rapide dans ma tête et pour réaliser un temps de 3h25, je dois faire la dernière boucle en 24:26.

L’objectif devient de faire ce 3h25. Je me mets à y croire. Je cherche à accroître la cadence. C’est difficile et ça fait mal aux jambes, mais je persiste. Toutefois, rendu au 38 ième KM, je réalise que ce 3h25 est hors de porter. Je peux quand même faire mon meilleure temps et battre mon record personnel de 3h28 réalisé à Philadelphie en 2011. Je me dirige vers un temps de 3h27 et des poussières. Sauf que, dans le fond de moi-même, je le voulais très fort ce 3h25.

6) Le mental
winterman 2014-4C’est à ce moment que des pensées négatives m’envahissent. La motivation n’y est plus et du même coup, les jambes s’arrêtent. Je me mets à marcher, je n’ai plus le goût de courir. J’ai un 8 minutes d’interrogation ou je me questionne, je me traite de noms et je ne suis pas très fier de ce que je fais. Je suis très critique à mon égard et les mots ne sont pas très joli. Je n’arrive plus à repartir. C’est ça un fier compétiteur fatigué en fin de course ! Pour les KM 38 à 40, ça me prend un gros 18 minutes. Le coeur n’y est plus et c’est un passage à vide.

Je dois livrer un combat mental pour me ressaisir. Je chasse ces pensées négatives de ma tête. Je me motive en me disant que je peux maintenant faire sous les 3h30, que c’est un bon test pour Ottawa, que j’ai rempli ma mission aujourd’hui et du coup les jambes se remettent en marche. Ah ce sacré cerveau, il nous joue de vilains tours parfois ! J’enfile les km 41 et 42 à 4’48/ km. J’oublie la douleur dans les jambes et je termine en force. Au final, je passe le fil d’arrivée en 3h30’26, mon second meilleur temps de mes douze marathons.

winterman 2014-3

7) Le positif de ce marathon

  • Énergie jusqu’à la fin.
  • Pas de troubles intestinaux.
  • En santé et pas de blessure pendant la préparation, mis à part la grippe.
  • Bonne gestion de l’allure.
  • J’ai pris mon poids avant et après le marathon et je n’ai perdu que 1,5 livre (680 grammes). C’est moins de 1% de ma masse corporelle. La gestion de l’alimentation en course est adéquate.

En conclusion

En somme, ma nouvelle préparation donne les résultats escomptés. Après une vilaine blessure au dos et au cou en mars 2012 grâce aux travaux de construction de mon chalet, je me suis remis à courir des marathons. En janvier 2013, j’ai fait 4h09, en février 2013 un gros 3h55 et en octobre 2013, 3h41 dans les côtes à Magog. La progression est là avec ce 3h30. À ce rythme, je peux espérer un temps de 3h25 à Ottawa en mai. C’est mon prochain objectif et la préparation débute le 25 février pour 13 semaines. Bien entendu, je vais donner des nouvelles.

À bientôt …

A propos trainingforboston

En affaires, c'est comme courir un marathon car l'important c'est de durer. Marathonien 20 fois.
Cet article a été publié dans Général. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour Winterman 2014 le récit de course

  1. Denis dit :

    Bravo mon frère! Tout un marathon que tu as fait, sans compter la température, la préparation et les changements que tu as apporté à ton entrainement et à ton alimentation afin de te rendre là où tu voulais être! Boston ne sera plus un rêve bientôt, ce sera la réalité! Bonne préparation.

  2. Je n’en démords pas: dans des conditions « normales », habillé « normalement » et non surchargé comme on l’est en hiver, avec des milliers de spectateurs sur le parcours pour t’encourager, tu aurais été en mesure de faire sous 3h25 dimanche dernier. Alors en mai, si tu continues comme tu es parti, ça va se faire tout seul !

  3. sandrunning dit :

    Et puis, tu as couru avec des températures que je n’imagine pas mais qui forcément n’ont pas dû aider pour réaliser cet objectif ! D’autant plus que vous deviez être très peu nombreux au départ de ce Winterman marathon ? Difficile, dans ces conditions, de s’accrocher à celui de devant pour ne pas lâcher le rythme et garder le moral.
    Je te trouve très fort au contraire d’avoir franchi la ligne d’arrivée de ce difficile marathon en 3h30. Il ne te manque plus grand chose pour y parvenir. Je souhaite très très fort qu’Ottawa soit le marathon qui t’ouvrira les portes de Boston🙂

  4. François dit :

    Bravo Luc ! Je suis fier de toi. Très belle performance ! Beau billet comme toujours ! Ça sent Boston et Coplay Square🙂

  5. Valcox dit :

    Franchement, un immense bravo ! C’est vrai que tu es dur avec toi-même😉 . Il sans doute l’être un peu pour pouvoir se dépasser. Mais les conditions étaient loin d’être des conditions normales !! Entre le froid et le vent (qui te font également puiser dans tes réserves, comme si l’effort ne suffisait pas), il faut un sacré mental. Et wow, tu m’impressionnes de volonté !
    Vu de l’extérieur, ton expérience est très positive : ta préparation (et ce malgré une grippe : ce n’est pas rien une grippe !), ton alimentation, ton poids. J’ai l’impression que tu as trouvé TA bonne formule🙂 Je suis certaine que dans des conditions normales, tu vas atteindre ton objectif. 5 minutes, ce n’est rien au vu de ce que tu as enduré. Et ce sera mentalement aussi nettement plus facile. Je te souhaite vraiment de bonnes conditions à Ottawa pour enfin décrocher cette qualification tant attendue !
    Bonne récup !

  6. Bravo mon Luc courir un marathon en pleine hiver à -17 degrés avec des vents de 35k/h et réaliser un temps de 3.30 hres c’est tout en ton honneur et je ne suis pas inquièt du tout pour Ottawa tu va l’avoir haut la main ta qualification pour Boston il n’y a aucun doute dans mon esprit.

  7. athlete26Eric dit :

    Je suis convaincu que tu vas l’avoir ta place pour Boston. Mais tu te dois te viser au moins 3h23 si tu veux avoir ta place en 2015. Le cut off était de 1min30 de moins que le standard cette année.

  8. DaJo dit :

    Courir dans ces conditions……. Chapeau !!! Faut être mordu quand même🙂
    En tous cas, bravo pour la perf et pour les modifs de la prépa !

  9. Ludo dit :

    Sacrée performance dans des conditions… comment dire ?? Je ne trouve pas les mots…
    Ca va le faire pour Ottawa !!!🙂

  10. rohnny dit :

    Wow, bravo a toi pour ce marathon terminé au mental et que dire du chrono… Bravo Luc et bonne récupération.

  11. Michel Paris dit :

    Bravo ! Je vise 3h30 à Ottawa question d’améliorer le 3h38 de Montréal. std de boston est à 3h40 pour moi (avantage d’avoir 55 ans). Vais essayer le yogourt. Normalement, je prend un bagel sans gluten avec beurre de petits poids doré et une banane. Mais le yogourt me semble intéressant.

  12. Incroyable ! Bien entendu que tu seras sous les 3h25 en conditions… normales !
    Respect ! Ottawa devrait être une formalité même si en marathon il est difficile de contrôler l’ensemble des paramètres. Bonne continuation Luc !

  13. Ping : Vers le maraton d’Ottawa 2014 | Training for Boston's Blog

Les commentaires sont fermés.