Isabelle V repart à la conquête de sa qualification pour Boston


Vous vous souvenez de Isabelle V ? Isabelle fait partie des gens inspirés et inspirant. Sa quête d’une qualification a fait la une de mon blogue à deux reprises ici et ici.

C’est toujours intéressant de constater que la passion de la course à pied et l’obsession d’une participation au marathon de Boston sont partagés par d’autres personnes que moi. Sachez donc que je ne suis pas le seul à avoir cette obsession enivrante. Cette quête nous amène à nous dépasser et à connaître des passages à vide. Lorsque Isabelle croyait que ses chances de se qualifier de nouveau pour Boston s’étaient évaporées, une lueur d’espoir refait surface.

Pour sa qualification à Boston en 2013, elle doit retrancher moins de 4 minutes. Elle a accepté de nous faire un rapport d’étape dans sa préparation au marathon d’Ottawa pour sa tentative d’une prochaine qualification. Voici son récit :

Je me doutais bien que mon temps de qualification pour Boston, réalisé à Ottawa en mai 2011 serait fort probablement insuffisant pour m’inscrire à l’édition de Boston 2012.  Étant donnée les nouvelles règles d’inscription, le fait de se qualifier ne suffit plus pour être accepté à cette course mythique.  L’engouement pour la Mecque des marathoniens et tel que même si l’on se qualifie, les organisateurs ont pris la décision d’y aller au mérite, en fonction des différentes catégories d’âges.  Je ne me faisais donc pas trop d’illusions quant à mon très maigre 0.6 sec. sous les temps minimums requis….  La réponse est donc revenue à la négative, comme je m’y attendais.  Reste que malgré le fait que j’anticipais cette réponse, la déception était tout de même au rendez-vous et elle laisse toujours un goût amer dans la bouche.

J’ai donc tout mis ça de côté, l’automne dernier.  J’avais décidé que Boston, c’était fini pour moi.  J’en avais assez donné pour la poursuite de cet objectif.  Je m’étais qualifié pour Boston, non?  Ça, personne ne pourrait me l’enlever, pas vrai?  En plus avec ces nouveaux temps de qualification (lien) pour l’édition 2013, il faudrait que j’abaisse mon temps de 6 minutes! Juste à penser au travail requis pour y arriver avait suffit à me décourager à essayer à nouveau.  

Après avoir digéré la déception, j’en ai profité pour m’amuser.  En septembre, j’ai couru le Relais du Lac Memphremagog.  Une course de 117 km qui nous mène autour du Lac, en passant par le Vermont,  couru à relais par des équipes de 2 à 6 personnes.   Nous étions 4 filles et ma part consistait à 40 km de côtes, parfois abruptes.  Brutal!  Mais un défi super stimulant.  Plus récemment,  j’ai complété le marathon de Disney.  

Pour la première fois, je n’avais aucun objectif précis pour cette course.  En fait, c’est faux.  J’avais comme seul objectif d’avoir du plaisir.  Disney existe pour ça!!  Eh bien, on peut dire que ce fût un succès!  Je me suis amusée comme un enfant dans un magasin de bonbons.  C’est difficile de faire autrement quand Goofy et Mickey Mouse te font des ‘Hi-Five’ et que tu cours à côté de Peter Pan!!  Ce fût vraiment magique!!!  Le plus incroyable dans tout ça, c’est que j’ai réalisé mon meilleur temps personnel lors de cette course!  3 :48.28.  C’est drôle comment on peut bien performer lorsqu’on ne se mets pas de pression!!  C’est difficile après coup de ne pas penser que je me retrouvais à  3 minutes et demie de la qualification pour Boston.  Le rêve devient tout d’un coup à nouveau réaliste et accessible. 

Me voici donc repartie à la conquête de ce rêve.  Courir Boston.  Pour y arriver, je dois encore m’améliorer.  Comme je sais que mon emploi du temps restreint ma capacité d’en faire plus, je me dis que je dois faire différemment.  Mais quoi?  Ma réflexion m’amène à explorer des programmes alternatifs, axés sur l’entraînement en puissance et beaucoup d’intervalles de course courts mais rapides.  La « longue course » hebdomadaire se limite à un maximum de 90 minutes, mais courue intensivement.  J’y vois du potentiel mais je suis inconfortable avec l’idée de ne pas faire de longue course d’au moins 32 km en préparation d’un marathon.  Mon programme sera donc un mix de cette approche misant sur une bonne musculation et de courts intervalles rapides et l’approche plus traditionnelle incluant de longues courses afin de m’assurer d’avoir la base d’endurance suffisante pour les 42,2 km. 

J’ai également fait appel à un entraîneur personnel.  Depuis quelques semaines, Jean-Philippe Morency est le nouveau complice de mon parcours.  Ce dernier m’aide beaucoup à améliorer ma technique de course.  Il m’a fait prendre conscience que bien que j’avais développé une certaine économie avec tous ces km parcourus au cours des années , j’avais également des pertes d’énergies et ma foulée n’était pas optimale.  Nous travaillons donc à corriger ça afin de me permettre d’être plus fluide et plus performante avec le même effort.  Traduction : être plus rapide!  Jean-Philippe est un passionné, et travailler avec lui a un effet motivant sur moi.  Pour les intéressés, il est toujours à la recherche de nouveaux athlètes. Pour le joindre ici.

Mon prochain arrêt sera donc le marathon d’Ottawa, le 27 mai prochain.  J’ai bon espoir qu’avec tous ces efforts et avec un peu de chance, je pourrai me qualifier à nouveau pour le marathon de Boston, même avec les nouveaux standards. 

À suivre….

Isabelle V.

A propos trainingforboston

En affaires, c'est comme courir un marathon car l'important c'est de durer. Marathonien 20 fois.
Cet article a été publié dans Athlètes. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Isabelle V repart à la conquête de sa qualification pour Boston

  1. François dit :

    Bonne chance à Isabelle pour sa qualification !

  2. Rohnny dit :

    Super post et bonne chance a Isabelle pour Boston, je suis certains qu’elle va y arriver comme toi d’ailleurs😉

  3. maya972 dit :

    Comme quoi, tu n’es pas le seul à avoir le même leitmotiv !!
    Il a l’air vraiment sympa le marathon Disney !!
    Ah, oui vous parliez de Boston, désolé j’ai raté le virage…😉

  4. vinvin20 dit :

    Merci du partage, et je lui souhaite tout comme toi de réaliser son rêve!

  5. Bonne chance à elle comme à vous pour réussir ce que vous entreprenez… de beaux exemples à suivre😉

  6. Valérie dit :

    Bonne à chance à Isabelle, elle est tout près du but ! Qu’elle se rassure, on peut tout à fait préparer un marathon avec des sorties longues de moins de 32 km. J’en veux pour preuve ma propre expérience : avec la sortie la plus longue de 21.3 km (2h05 d’effort en endurance dont seulement 15′ de tempo), j’ai pu (enfin !) passer sous les 4h et réaliser 3:38:30 ! Et je ne suis pas naturellement rapide, loin s’en faut ! Alors, oui, c’est possible. Si on se rassure en avalant des kilomètres, on engendre aussi une fatigue certaine, qui est préjudiciable. Le reste, c’est dans la tête …😉

Les commentaires sont fermés.