Le marathon intérieur de Montréal où j’ai vaincu la force centrifuge en 3h39.


À mon arrivée à la piste de 154 mètres du gym de l’UQAM et en voyant les lieux, je me suis demandé qu’est-ce que j’avais fait là en m’inscrivant à cette course ! La réalité m’a frappé de plein fouet. Je m’attendais à une piste ovale, mais c’est une piste rectangulaire qui était devant mes yeux avec les coins en angle en plus.

J’avais vu des vidéos, mais mon cerveau n’avait pas enregistré ce qu’il voyait tellement j’étais persuadé que la piste était ovale. Après avoir fait quelques  longueurs sur la piste, j’accepte le fait que je vais faire 274 tours sur cette piste avec des changements de sens au 30 minutes. Oui, après chaque 30 minutes, nous changeons de direction.

Sur place, je vois des visages qui me sont familiers, des disciples de Dailymile. Je vois Pierre, Caroline et Alexandre. Alexandre qui a fait un marathon la veille et qui s’élance sur son second marathon en moins de 48 heures, nous apprend que certains coureurs du samedi ont cassés en démarrant trop rapidement. La piste semble facile, mais ce ne l’est pas. Au temps prévu, nous devons ajouter un bon 20 minutes. Je prévoyais faire 3h25 et en ajoutant 20 minutes, je me retrouve à 3h45. Oh que non, il n’en est pas question que je me tape un marathon pendant 3h45. Je vais modifier ma stratégie de course et opter pour 3h30, soit 45 secondes au tour de 154 mètres au lieu de 42 secondes au tour.

L’organisation avait annoncé un 10 à 15 degrés Celsius, mais il fait un chaleureux 18-20. La ventilation est quasi inexistante. Donc, je me doute bien que si mon corps surchauffe, je n’ai aucun moyen qui me permet de faire baisser ma température corporelle.

Sur place, il y a de la bouffe en quantité. Les bénévoles sont de bonne compagnie et nous encourage. En somme, même pour un premier marathon, l’organisation est fort bien rodée et tout se déroule bien. Je suis impressionné.

Le départ est donné et je me suis placé en queue de peloton afin d’éviter un départ trop rapide. Je vois les coureurs en sprint dès le départ. Certains ont l’ambition de faire sous les 3 heures. Rapidement, je vois les défis de cette course. Les dépassements sont fréquents. Il y a des coureurs partout, qui courent à différentes vitesses et je zigzag parmi les coureurs.

Le parcours est étroit avec deux pistes où l’une dit lent et l’autre rapide. Qui veut être dans la piste dite « LENT » ? Les coureurs sont davantage vers la gauche dans la piste dite « RAPIDE ». De plus, lors des embouteillages au changement de sens, il faut ralentir. C’est une lutte incessante de modifications de l’allure avec des ralentissements et des accélérations.

Pendant, le marathon, je n’ai aucun moyen de déterminer ma vitesse autre que de me chronométrer à 45 secondes au tour.  Je passe au demi-marathon à exactement 1h45, soit 137 tours. Je suis à 20 tours du meneur pour environ 15 minutes derrière son temps.

Ce genre de marathon, c’est complètement différent des marathons sur route.  Pendant le trajet, tu croises et tu recroises les coureurs. Ainsi, je passe près de Caroline et nous nous donnons des encouragements mutuels. Elle est dans sa bulle et court bien. Elle fait une belle course. Je suis content pour elle. Elle termine son premier demi-marathon en étant la première femme. Félicitations, une très belle course. Premier demi et première victoire.

Je continue sur mon parcours routinier, mais toujours différents en raison des situations des autres coureurs. Je vois les coureurs vivre leur marathon tout au long des nombreux tours. Je peux voir qui s’arrête ou qui ralenti. À un certain point, je fais quelques pas avec Pierre. Une conversation s’engage vers 2h10 du début de la course.

Luc : Salut Pierre, les coureurs qui sont en tête ont commencé à ralentir. Tu as une chance pour la première place.

Pierre : Non Luc, c’est toi la gazelle du groupe. Tu dépasses tout le monde. Ta course va bien, tu es en grande forme.

Luc : Mais non, je suis trop loin derrière. Lâche pas Pierre. Tu as une chance, prends là.

De ce que je me rappelle, ça devait être quelque chose comme ça cette conversation.

J’ai maintenu l’allure de 45 secondes au tour depuis le début. Toutefois, vers 2h20 de temps de course, je passe devant Claire, Éric et Delphine et je leur dit : J’ai ralenti, l’énergie baisse. En effet, je perds 3 secondes au tour. Je suis rendu à 48 secondes pour chaque tour. Claire a partagé une vidéo d’un tour du marathon alors imaginez les 273 autres tours.

Merci Claire pour ton temps, pour la belle photo ci-bas et de ces petites attentions pour les coureurs.

Vers 2h30 de course, mon corps est chaud, j’ai des problèmes intestinaux, mais je ne veux pas arrêter.

Les bénévoles nous donnent des serviettes mouillées et on peut s’éponger pendant le marathon. La température du corps baisse un peu, ça fait du bien.

3h10, je n’en peux plus. C’est une pause dite « besoin » et je perds quelques minutes. Je reviens en piste après cette pause involontaire mais combien nécessaire et je me sens mieux. J’entends l’animateur qui donne le nombre de tours réalisés par les participants. J’estime être en quatrième place avec 10 tours de retard. Je tente une remontée. Je réussi à maintenir mon allure à 48-49 secondes au tour environ.

Vers la fin, je ne me souviens plus très bien de ce qui se passe. Je commence à être pas mal écoeuré de tourner en rond et j’ai hâte d’en finir. Je ne sais plus mon nombre de tour et mon cerveau n’arrive plus à compter les secondes. Je me concentre à mettre un pied devant l’autre. Finalement, une stratégie qui me réussi très bien.

L’animateur annonce enfin mon nombre de tour :

Luc Lévesque, 260 tours complétés.

Il m’en reste 14 et ce marathon s’achève. Regain de vie et la lucidité revient. Quelques instants plus tard, Pierre fait son dernier tour. Belle victoire en 3h35 et bravo d’avoir surmonté les crampes aux mollets. Un très bel exemple de tenacité et d’endurance.

Je peux enfin commencer à sentir la fin … et je peux faire le décompte des tours. Puis un deuxième participant termine la course … et c’est mon tour de faire mon dernier tour de piste. J’accélère, je crois le faire du moins, et je passe le fil d’arrivée en troisième position avec un temps officiel de 3h39’37, moi qui croyais avoir fait 3h41. Mon premier podium. Toutefois, je ne m’en rend pas compte immédiatement. C’est seulement quelques instants plus tard que je le réalise.

Lundi, j’ai porté ma médaille de participants au bureau. Me voici sur la photo au retour du boulot.

Un marathon intérieur, c’est bien plus difficile que je ne le pensais. C’est un type de course qui est exigeant mentalement également. Au niveau physique, les accélérations et ralentissements fréquents ont eu raison de mes jambes et c’est sans compter les nombreux virages au 90°.  Je suis bien content de l’avoir fait, satisfait de moi-même et je me sens bien d’attaque pour mon prochain marathon le 13 mai prochain. C’est à ce moment que je vais de nouveau tenter de réaliser un temps qui me permettra de me qualifier pour Boston en 2013. Ce temps que je dois réaliser est de 3h14.

Une semaine de vélo stationnaire et je reprends les entraînements le 7 février.

Lors du marathon intérieur, voici des photos prises pendant ma course.

Pour vivre une expérience différente en course à pied, je vous le recommande. La prochaine édition sera à Montréal le 26 et 27 janvier 2013. Pour vous inscrire, http://marathoninterieur.blogspot.com/

Je vais peut-être m’inscrire de nouveau.

A propos trainingforboston

En affaires, c'est comme courir un marathon car l'important c'est de durer. Marathonien 20 fois.
Cet article a été publié dans Marathon. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

40 commentaires pour Le marathon intérieur de Montréal où j’ai vaincu la force centrifuge en 3h39.

  1. lexelfr dit :

    Franchement bravo !!! non seulement pour le chrono mais pour être allé au bout, ça te forge un mentale ce genre d’épreuve.

  2. Mijo dit :

    Superbe billet Luc. Moi non, je n’avais pas réalisé que la piste était rectangulaire. ça doit faire vraiment bizarre surtout quand tu t’attends à un monde ovale pendant plus de 42 km.
    Elles sont belles et très parlantes les photos. Les changements de sens sont impressionnants. Pas facile de relancer la machine après de une telle épingle à cheveux.

  3. vinvin20 dit :

    C’est en effet bien différent d’un marathon classique, et surement beaucoup plus traumatisant, physiquement et moralement. Surprenant en effet cette piste carrée!
    Tu t’en es bien sorti et encore toutes mes félicitations pour ce podium., c’était pas gagné!

  4. Wow! Un podium1 Félicitations! Belle course!

  5. JF dit :

    Luc tu es une machine.

    J’étais à bout de souffle juste à lire ton billet.

    Bravo pour ton excellente performance dans des conditions moins qu’idéales !!!

  6. Valérie dit :

    Encore bravo pour cet exploit, bien récompensé par un podium ! Quand je vois les photos (et les films de Claire), je me dis que c’est vraiment un truc de dingues ! En plus, c’est en hauteur par rapport à la salle de gym au centre, ça rend la piste encore plus étroite je trouve. Changer de sens toutes les 30′ ? Mais alors comment font-ils le décompte des tours ? Faut-il finir son tour, ou faire demi tour au son du gong (ou de je-ne-sais-quoi) ? Cela dit, avec des virages pareils, ça semble une bonne idée d’alterner le sens. Tu vas retrouver avec grand plaisir les espaces ouverts, je suppose😉 Bonne récup !

    • Aux changements de tour, un benevole sonne une cloche et les coureurs contournent le cone. Nous effectuons la demi pour revenir sur nos pas ce qui fait un tour complet.

      Nous avons une puce aux souliers et chaque tour est donc comptabilise. Il y a aussi des benevoles qui comptent les tours des coureurs. Un plan B en cas de defaillance.
      Envoyé de mon terminal mobile BlackBerry par le biais du réseau de Rogers Sans-fil

  7. Je suis entre l’admiration et l’envie d’appeler un psy ? Comment peut on faire des truc aussi dingue que ça ?
    Luc bravo pour ces 274 tours de piste « indoor » dans un temps canon en plus. Vous êtes givrés les cousins…

  8. maya972 dit :

    Bravo à toi. superbe temps pour un marathon qui ne semble guère évident !!
    Et en plus, tu t’offres un podium !! Trop fort Luc !!😉

  9. François dit :

    Un très beau billet Luc ! C’est comme si on était là. Je te félicite pour ta performance et cette belle troisième place. Tu la méritais à tous les points de vue. En voyant les photos, tu sembles être en grande shape. Ça va être un plaisir de te connaître en mars prochain, de faire un entraînement avec toi et de ter présenter à mon groupe de coureurs.
    Pour le marathon intérieur, c’est vrai que c’est un truc fou mais pourquoi pas ! Je peux te dire que ton expérience et celles des autres amis DM m’a donné le goût de l’essayer l’année prochaine. Par contre, je n’essayerai pas de me chronométrer à chaque tour. Ça doit être drôlement mêlant et fatiguant. Je vais y aller au feeling.

    • Je ne prenais pas le temps de chaque tour, mais j’ai effectue des verifications souvent. Si tu le fais, j’embarque de nouveau. On se voit au mois mars et j’ai bien hate de courir avec ton groupe.
      Envoyé de mon terminal mobile BlackBerry par le biais du réseau de Rogers Sans-fil

  10. Sandrunning dit :

    C’est tout simplement impressionnant ! Je ne pense pas être capable de réaliser cette épreuve, elle demande un mental exceptionnel et une volonté féroce pour tenir bon !
    Tu l’as fait et dans un temps assez incroyable !!
    Bravo pour ta détermination, c’est vraiment un truc fou que tu viens de vivre !!

  11. Caroline Allard dit :

    Merci pour tes bons mots, Luc, venant de toi, ça me fait doublement plaisir. C’était un beau moment à partager avec toi et les autres coureurs. Bravo encore pour la 3e place dans des conditions qui donnaient le tournis!

  12. thepinkrunner dit :

    C’est vrai que c’est vraiment un truc de barjots ton défi mais tu t’en ai super bien tiré avec un magnifique podium tout au courage!

  13. LaurentP dit :

    Bravo Luc pour cette perf, une belle 3e place et podium !
    C’est quand même une course de « tarés » ce truc😉, la piste est vraiment très étroite, il fallait vraiment un mental d’acier pour survivre mais tu as réussi !!

  14. Martin B. dit :

    Félicitations! Superbe récit d’une superbe course!

  15. Mon temps est finalement de 3h40’22.

  16. Pepére dit :

    Félicitations pour ta course et pour ce compte rendu très vivant! Avoir su que les spectateurs pouvaient aller aux abords de la piste (contrairement à ce qui était écrit dans la FAQ du site de la course), je serais sûrement allé faire un tour.

    Au fait, quelle a été ton appréciation du facteur «musique»? Il y a quelques mois, j’ai songé à m’inscrire à ce marathon, et c’est la peur que la musique finisse par me tomber sérieusement sur les nerfs après une heure ou deux qui a fini par me faire reculer. En tout cas, avec Seek and destroy je ne me serais pas plaint…

    • La musique était variée. Il y a eu les Beach Boys, James Brown, Micheal Jackson, Metallica, mais elle n’était pas trop forte alors ce n’était qu’un bruit de fond. Ça en vaut la peine un marathon de ce genre.

  17. ultrarunner33 dit :

    En tout cas, fallait trouver l’idée de vous faire tourner ainsi sur 274 tours !!…en effet, c’est une sacré expérience. Si j’avais l’opportunité de le faire un jour, pourquoi pas !…encore bravo ! Ta saison est lancée de fort belle manière…et ta quête du graal dans quelques mois.😉

  18. Rohnny dit :

    Que dire… BRAVO Luc, superbe 3em place pour ce marathon de fou… Superbe CR et bien gag de voir la vidéo, il faut vraiment le faire de tourner en rond (ou en carré) pendant plus de 3h30. Franchement RESPECT.

  19. Ping : En route vers le marathon de Sudbury, 14 semaines de dur labeur | Training for Boston's Blog

  20. Guy F dit :

    Bravo Luc, pour ta présence sur le podium. Et félicitations pour la narration, tu as une belle plume . On ressent l’exigence du parcours et les difficultés que tu as eu à gérer.
    Je te dis merd… pour ta participation au marathon de Boston.

  21. robert72 dit :

    Bravo Luc!! Après la force intérieure, tu explores le marathon intérieure…Cela dois ce gérer difficilement?
    a+

Les commentaires sont fermés.