Préparation au marathon pour des athlètes, conseils du coach


Il y a quelques semaines, je désirais faire changer mon programme d’entraînement pour ma qualification au marathon de Boston par mon coach. J’ai eu l’occasion d’avoir d’excellentes conversations. Il m’a présenté sa philosophie d’entraînement pour la course à pied. C’était tellement bien expliqué, que je lui ai demandé un texte. Je cède la parole à mon coach Arnaud.

Texte de Arnaud.

Au début de la période de travail de l’endurance, un des objectifs principaux est de travailler sur l’endurance haute ou soutenue, (Puissance Aérobie Max = VO2max)

À titre d’exemple, au départ de cette période d’entrainement (macrocycle de plusieurs semaines) Marie et Julie réalisent des tests ou encore par analyse de leur carnet d’entrainement, l’entraîneur peut projeter des aptitudes d’endurance préalables.

Mais à la fin de cette période de plusieurs semaines, il s’avère que la VO2max de Julie progresse en permettant d’atteindre les temps de course visés alors que Marie n’a pas atteint le même niveau d’amélioration de sa VO2max.

…. Trop souvent un programme (rigide) invite les deux athlètes à passer à la phase suivante en négligeant la réponse à l’entrainement et la vitesse d’acquisition… Et on observe que ces derniers font face dans la phase suivante à une fatigue physique et mentale pouvant mener au surentraînement voire à une blessure quand ce n’est pas l’abandon ou une longue pause dommageable à la préparation d’un objectif!

Autre perspective :

Il nous parait donc essentiel à différents points au cours de la préparation de valider que le niveau de performance correspond aux objectifs à ces différentes étapes. Et ainsi voire à rallonger la période selon la vitesse d’acquisition ou selon l’impact des éléments extra-sportifs…

« Sinon vous avez toujours le choix d’une approche avec plan prédéterminée, de plus certains se focalisent sur une approche unique comme travailler essentiellement la vitesse, la distance, des plans prédéterminés pour 16 semaines, les mêmes exercices, pas de considération de récupération, pas de variété dans le programme, et finalement pas d’identification etc, etc… » «  Et moi dans tout cela!?!! »

Rappelons que les sciences médico-sportives modernes nous donnent les outils pour réaliser une analyse croisée des données et ainsi déterminer vos facteurs limitateurs et vos forces ! Cela peut couvrir une variété d’aspects (force, vitesse, endurance, indice d’endurance, efficacité de la foulée, etc…)

Ainsi nous pouvons mieux prioriser vos besoins à différentes périodes tout en sachant identifier les données primaires, secondaires et tertiaires (au mois, à la semaine, à la journée …)

Et puis en concluant, la première motivation est le plaisir et cela reste l’essence de notre pratique! De la une méthodologie souple permettant de varier les exercices, mais aussi de déterminer les plus efficaces que vous soyez en début, milieu ou fin de préparation , de période spécifique. Une méthodologie basée sur les objectifs priorisés, provenant d’une formation de pointe et l’expérience sur le terrain avec des athlètes de niveau international à débutant, est à votre portée pour que vous viviez VOTRE programme d’entraînement marathon 2.0!

NB : Oui oui, on peut varier les exercices et déterminer les plus efficaces pour vous! Intervalles très courts à longs, exercices de technique de course, de gainage, besoins en musculation… peuvent être faits de différentes façons et ces différentes méthodes peuvent aussi être plus ou moins efficaces pour un(e) athlète que pour un(e) autre!

Texte écrit par Arnaud Litou de Passeport Cycliste.

A propos trainingforboston

En affaires, c'est comme courir un marathon car l'important c'est de durer. Marathonien 20 fois.
Cet article, publié dans Général, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Préparation au marathon pour des athlètes, conseils du coach

  1. robert72 dit :

    Bravo pour le coach!!
    Je pense aussi que le marathon, contrairement aux courses plus courtes, reste particulier et approche de plus près la singularité d’un individu……Ce sera mon face à face pour mes 40 ans en 2012;-))…

  2. calimero13990 dit :

    J’aime bien cette approche de l’entraînement qui est pour le moins différente de ce qu’on peut voir habituellement.
    Néanmoins, elle s’applique plutôt à des coureurs dits débutants ou peu aguerris car quand on a un minimum d’expérience dans ce domaine on doit pouvoir gérer sa récupération seul.
    Au bout de 19 Marathons (et une qualif à Boston!), j’apprends encore mais j’ai corrigé certaines grosses erreurs car les précédents m’ont servi à çà.
    Bonne chance pour la suite!

Les commentaires sont fermés.