Endorphines et blessures


En course à pied, comme dans d’autres sports d’endurance, l’exercice prolongée stimule le cerveau et ce dernier fait relâcher les endorphines. Les endorphines sont comme une morphine naturelle qui réduit la douleur. Afin de stimuler ces glandes, un entraînement continu de 20 minutes au minimum permet de débuter les sensations corporelles.

Ce qui est encore plus intéressant c’est que lors des fractionnés en course à pied, l’intensité de ces entraînements fait en sorte que la quantité d’endorphines dans notre corps augmentent. Dans certains cas, vous pouvez atteindre jusqu’à 5 fois la quantité d’endorphines lorsque comparé au niveau obtenu au repos.

Un des dangers des endorphines c’est que le coureur ne sent plus les signes avant-coureur d’une blessure. Ces premiers signes sont généralement une contraction musculaire ou une sensation de chaleur.  Aux premiers signes d’inconfort, le coureur cherche à adapter sa foulée et modifie sa technique de course. Ces signes ne mentent pas. Rien ne sert de vous blesser pour un entraînement. Faire un arrêt de l’entraînement permet d’évaluer la gravité de la situation.

Pour éviter les blessures ne cherchez pas à adapter votre foulée à votre inconfort. Cherchez plutôt à connaître la provenance de cette douleur et traiter là avec de la glace ou de la chaleur selon cas. Si vous n’êtes pas certain si c’est de la glace ou de la chaleur, mettez de la glace. Si la douleur persiste, allez consulter.

A propos trainingforboston

En affaires, c'est comme courir un marathon car l'important c'est de durer. Marathonien 20 fois.
Cet article, publié dans Course à pied, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.