Mes longues sorties sont mes petites courses


Lorsque je me suis remis à faire de la course en pied en 2005, après plusieurs blessures consécutives à une cheville, j’éprouvais énormément de difficulté à compléter un 5 km. Graduellement, la forme physique est revenue et le surplus de poids à disparu. En 2007, j’ai commencé à croire que je pouvais finalement compléter mon premier marathon. Je me suis inscrit au demi-marathon de Granby comme source de motivation. Comme il se doit, j’ai suivi un programme d’entraînement, un programme que j’avais trouvé sur le Web.

Je le suivais assidûment, selon les progressions hebdomadaires. J’avais des « longues sorties » de 15 km à faire et j’étais bien découragé la veille de ces entraînements. Un certain samedi du mois d’août 2007, j’ai une sortie de 17 km à effectuer. Je prépare mon Camel Pack, j’avais peur de manquer d’eau, je m’habille et j’enfile mes souliers. Je débute mon entraînement en empruntant les pistes cyclables le long de la rivière des Outaouais. Malgré toute ma bonne volonté, ce ne fut pas une très bonne première longue sortie. Le Camel Pack n’était pas une bonne idée, entre autres. J’ai bien appris de mes quelques erreurs lors de cet entraînement en course à pied.

Je vous raconte ceci car samedi dernier, j’ai refait ce même trajet. Je me revoyait lors de cet entraînement il y a 3 ans passé. Je me disais que je m’étais grandement amélioré au fil des ans. Il y a 3 ans, ce trajet était ma longue sortie. En 2010, c’est une sortie de récupération active dans le cadre de ma remise en forme. C’est quand même incroyable. Mes longues sorties précédentes sont maintenant mes courtes sorties. C’est une belle progression pour l’endurance.

En terminant, avec le programme que je vais suivre en 2011, et dont je vais débuter dans quelques semaines, j’ai des sorties de 32 km et de 36 km de prévu. J’ai bien hâte car ce sera tout un défi de courir un 32 km en hiver, avec des froids de -20 Celsius et 50 centimètres de neige. Tout un défi !

A propos trainingforboston

En affaires, c'est comme courir un marathon car l'important c'est de durer. Marathonien 20 fois.
Cet article, publié dans Endurance, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.