Acide lactique en course à pied


L’acide lactique est produite lors d’une activité physique qui demande une forte intensité pendant une courte période de temps. L’acide lactique produit une irritation musculaire qui est caractérisée par une forte douleur. Si vous lisez cet article, il y a peut être de forte chance que vous en ayez fait l’expérience, au moins une fois.

En fait, ce qui produit cette douleur intense dans les muscles sollicités par l’activité physique est l’accumulation d’acide lactique. Lors de sollicitation musculaire normale, votre corps est en mesure d’évacuer cette acide lactique. Toutefois, lors d’une sollicitation plus intense, il y a accumulation, votre corps n’étant pas en mesurer d’évacuer l’acide lactique. L’effort physique peut être d’une durée de 30 secondes pour certains athlètes. Les athlètes de haut niveau, quant à eux, peuvent repousser l’apparition d’acide lactique jusqu’à 100 secondes. Pour la majorité des marathoniens, cette sollicitation débute vers les 45 secondes d’effort physique. Toutefois, lors d’un marathon il ne devrait pas avoir de sollicitation musculaire qui demande une telle accumulation d’acide lactique.

En course à pied, le sprinter sollicite les muscles et il y a une accumulation d’acide lactique. Lors d’une course de 400 mètres une telle sollicitation est présente ainsi que lors de course de 1500 mètres et de 5000 mètres. Le marathonien ne fait pas de sprint pendant sa course, mis à part le sprint final et décisif. Ce sprint permet d’améliorer votre place au classement final ou d’enlever quelques secondes à votre temps.

Un marathonien qui effectue des entraînements par intervalles, des sprints, des 400 mètres ou des Yasso 800 aura une accumulation d’acide lactique. C’est pour cette raison que vous retrouvez dans tout programme d’entraînement sérieux un jogging léger de quelques minutes entre les séries afin de vous permettre d’évacuer cette accumulation d’acide lactique. C’est pour cette raison également que tout programme d’entraînement digne de ce nom vous demande d’effectuer un retour au calme à la fin de votre entraînement. Cette période de retour au calme permet de drainer cette acide lactique de vos muscles et de les préparer pour vos étirements.

Maintenant que vous en connaissez un peu plus sur l’acide lactique et ses nuisances, pouvez-vous m’expliquer pourquoi les marathoniens sprint à la ligne de départ de leur marathon. Après seulement 45 secondes, l’acide lactique risque d’être présent. Un marathon se cours pour la plus part d’entre-nous entre 3 heures et 5 heures.

Un départ lors d’un marathon devrait être fait de la même manière que vos entraînements. Un départ devrait être lent, avec une accélération graduelle jusqu’à ce que votre allure de course soit atteinte. 

En conclusion, lors des entraînements, vous devez vous préoccupez des montées d’acide lactique. Pour les évacuer, un jogging léger entre les séries est nécessaires et il importe de terminer par un retour au calme qui inclue une marche de 3 minutes. Lors d’un marathon, votre départ est lent suivi par une accélaration progressive et graduelle.

Vous avez aimez cet article, laissez-moi un commentaire.

Publicités

Les commentaires sont fermés.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :