Frapper le mur


Cette expression est fréquemment utilisée par les marathoniens. Le mur, certains le craigne alors que d’autres en ont subi les contre-coups. Une étude récente a étudié ce phénomène.

Selon Benjamin Rapoport du Harvard-MIT Division of Health Sciences and Technology, 40% des marathoniens vont frapper le mur au cours d’une année. Cette expérience se fait ressentir par une baisse d’énergie importante qui engendre une diminution de la vitesse en course de 30%. 

À titre d’exemple, l’impact de ce 30% lors d’un marathon fera en sorte que la cadence de course passera de 5 minutes au kilomètre à une cadence de 6 minutes 30 secondes au kilomètre.

Toujours selon cette recherche, 1% à 2% des marathoniens ne pourront terminer leur marathon en raison d’une panne d’énergie. Les réserves de glycogène étant épuisées, c’est l’autobus qui les amènera à leur destination.

Frapper le mur est-il inévitable ? Évidemment, la majorité des marathoniens, soit 60% , ne le ressente pas au cours d’une année. Bien que son impact soit importante, la préparation à un marathon l’est tout autant.

Lors de sa préparation, en plus des milliers de minutes passés à se torturer les jambes, un marathonien doit faire le plein. Un marathonien de 70 kilos (154 livres) devra avoir accumulé en moyenne des réserves énergétiques en glucide de l’ordre de 700 000 calories (700 kilocalories) selon cette recherche. L’équivalent de 10 kilcalories par kilos de masse corporelle.

C’est beaucoup de spaghetti ! 

Source : http://www.laboratoryequipment.com/News-marathon-math-model-fuels-body-102610.aspx?xmlmenuid=51

A propos trainingforboston

En affaires, c'est comme courir un marathon car l'important c'est de durer. Marathonien 20 fois.
Cet article, publié dans Marathon, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Frapper le mur

  1. Ping : Boxing Day demi-marathon | Training for Boston's Blog

  2. K'koud dit :

    Tous mes pensées positives pour ton défi du marathon de Boston.

    J’ai pu représenté le mur lors de mon premier marathon

Les commentaires sont fermés.