PEC Marathon, Picton On.


Le 4 octobre 2010, j’ai participé au marathon de Picton en Ontario www.pecmarathon.ca. J’ai été attiré par ce marathon car leur publicité a capté mon attention. Un marathon qui s’annonce comme étant plat et rapide, a su capter mon attention, mais également celle de 250 personnes.

Ce dimanche matin d’octobre, en pleine noirceur, tout le monde grelotte. Il ne fait qu’un petit 2 degrés celsisu à l’extérieur. J’ai commis l’erreur de ne pas m’apporter un gilet supplémentaire pour me tenir au chaud. Je gèle et je paye pour cet erreur. En espérant que je ne payerais pas plus tard sur le parcours. Je n’ai qu’un sac de plastique sur le dos. C’est bien évident que ce sac ne suffit pas à me garder au chaud.

J’embarque dans l’autobus qui nous amène à la ligne de départ. Finalement de la chaleur. L’autobus est bien au chaud et le chauffage fonctionne à plein régime. Les gens sont bien à l’aise, tous semblent apprécier ce moment. Nous discutons de nos temps souhaités, de nos entraînements et de la côte du 37 ième kilomètre. Elle semble en effrayer quelques uns.

Arriver à l’aire de départ, le soleil se pointe tranquillement à l’horizon. Mon corps cherche à se réchauffer et le soleil aide quelque peu. Je rencontre Maxime, un ami de Québec. Quelle coïncidence !

Il ne faut quand même pas se surprendre de voir des passionnés de course à pied se retrouver dans un marathon qui s’annonce comme étant rapide. Nous discutons de notre pace et du temps que nous cherchons à réaliser. Le constat est que Maxime est plus rapide que moi. Nous ne pourrons pas courir ensemble. On se souhaite bonne chance et on se retrouve au fil d’arrivé.

Le départ est finalement donné. Après trois foulées, je réalise que je ne sens pas mes pieds. Je suis complètement gelé. Je cache mon Garmin Forerunner et je vais courir selon mes sensations corporelles. Je vais faire une évaluation de mon temps au kilomètre 5. J’adapterai ma stratégie de course en conséquence.

5 km.  Je regarde mon Garmin. Mon temps est de 23 minutes 30 secondes. Pas si mal, mais je suis en retard de 30 secondes sur mes prévisions. Toutefois, les sensations sont bonnes et je garde la cadence. 

10 km.  46 minutes 45 secondes. J’ai 45 secondes de trop. Je vais augmenter la cadence. J’ai dépassé le Pace Bonnie de 3h30. Dans un kilomètre, je vais retrouver mon épouse pour le ravitaillement.

Training for Boston11 km. C’est mon ravitaillement ! Je prend mes gels et mon Hammer. Mon épouse m’encourage et je ne peux m’empêche de la remercier par un petit baiser. Je reprends la course et je suis bien content d’avoir fait mon ravitaillement. Mais j’ai encore 45 secondes de trop.

17km. Ça ne va plus, ma cuisse gauche est saisie. Je n’arrive plus à faire ma foulée normalement. Cela affecte ma vitesse. Je tente pendant quelques minutes de chasser la douleur. Je fais un massage en courant. Rien n’y fait. Je sens que je suis fini. 

20 km. J’ai ralenti ma cadence. Je vais me contenter de bien finir la course et pleinement apprécier le moment. Adieu qualification pour le Marathon de Boston. Pendant quelques secondes, je suis envahi d’un sentiment d’échec. Je me remets en question, je me demande pourquoi je fais tout ces entraînements. Les idées noires envahissent mes pensées et j’ai le goût de tout abandonner. Il doit y avoir un taxi tout près.

21,1 km. Mon temps est de 1h43 au demi-marathon. Je suis loin du 1h36 que je tentais de réaliser. Les participants du demi-marathon ne sont pas encore partis. La foule est en délire lors de notre passage. Ces encouragements me motivent et je retrouve le sourire.

Le marathon de Picton est vraiment plat. C’est vrai que c’est rapide. Le paysage est tellement beau et j’adore particulièrement l’architecture de certaines maisons. La sécurité est présente tout au long du parcours. Les bénévoles dans les points d’eau, que l’on retrouvent à tous les 2,5 km, sont enjoués. Pendant le parcours, des participants discutent entre-eux, certains commencent à abandonner et moi, je cours alors que mes muscles sont saisis. Fort probablement que le froid n’a pas aidé ! Et je me suis mal préparé en n’apportant pas de linge supplémentaire.

34 km. C’est ça la fameuse côte. Bof, si c’est ça la côte dont tout le monde discutait dans l’autobus, ils n’ont pas couru dans le Parc de la Gatineau eux. Non je me suis trompé, c’est au 37km cette côte. Le Pace Bonnie de 3h30 me rejoint. Je fais quelques pas avec ce petit groupe et il est bien évident que je ne peux conserver cette cadence.

37 km. La voilà la côte. Elle représente un beau défi. Certains la marche et d’autres arrêtent pour faire des étirements. Je maintien la cadence, j’ai les cuisses complètement crispés. La douleur est vive. Je peux sentir la chaleur dans mes cuisses, oh que oui ça chauffe. Finalement, je suis en haut. Je peux voir que c’est un faux plat descendant. La ligne d’arrivée est à moins de 5 km. J’augmente la cadence. Je me donne le défi de rejoindre le Pace Bonnie de 3h30. Je me sens d’attaque et je fonce.

40 km. Je dois faire une croix sur ma capacité de rejoindre le Pace Bonnie de 3h30. À ce rythme, je devrais terminer vers 3h35.  J’arrive dans le village pittoresque de Picton. Les odeurs de café et de fritures envahissent mes narines. Je peux sentir la nourriture et j’ai faim. Finissons-en que je puisse aller manger.

42,2km. La ligne d’arrivée, quel soulagement de la croisée. J’ai fait un temps de 3h33 29 secondes. C’est 31 minutes de mieux que mon précédent temps. C’est quand même à 13 minutes d’une qualification pour le marathon de Boston. Je cherche Maxime et je ne le trouve pas dans la foule.

En somme, j’ai bien aimé courir le marathon de Picton. Ce marathon affiche complet avec 250 participants. Avec l’ambiance qu’il y a à la ligne d’arrivée, il y a fort à parier que ce sera complet de nouveau en 2011. Je vais donc réserver tôt. Je dois me prouver que je suis apte à livrer la marchandise quand je dois le faire. L’an prochain, je serai mieux préparé et je n’aurai pas froid.

Luc

Publicités

A propos trainingforboston

En affaires, c'est comme courir un marathon car l'important c'est de durer. Marathonien 20 fois.
Cet article, publié dans Athlètes, Marathon, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.